La production économique du corps

 

Intervenants :

Pierre-Jacques Datcharry ( Directeur, Fitness Challenges)
Jérémie Bastien (Économiste, Université de Reims)
Sébastien Fleuriel (Sociologue, Université de Nantes)
Guillaume Vallet (Professeur de sciences économiques, Université Grenoble Alpes)

Modérateur :

Arnaud Niedbalec (Éditeur, la revue Regards croisés sur l'économie)

Découvrir le Thème

Multiplication des salles de fitness, foyers équipés en matériel sportif, développement du coaching sportif, croissance effrénée des ventes de produits nutritionnels, mode de la chirurgie esthétique :  l’économie du corps semble désormais omniprésente, s’étendant à toutes les sphères de l’existence. Cette session – articulée autour de l’ouvrage de Guillaume Vallet La fabrique du muscle – a pour objectif de mieux cerner les caractéristiques de cette économie du corps, qui repose sur de nouvelles formes de production économique du corps. 
Dans cette production économique du corps, le corps individuel est tout d’abord considéré comme support de transformation de « matière », nécessitant la mise en place d’une organisation rationalisée (« plan de production ») en vue de maximiser des gains (économiques comme sociaux). Le corps devient alors support de calculs, de productivité et d’investissement. Plus largement, l’objectif est de transformer le statut du corps de ressource à celui de capital valorisable, en appliquant à soi-même les principes et les valeurs du capitalisme.

Ensuite, la production économique du corps transforme le marché du travail, avec l’apparition de nouvelles formes d’entreprenariat, à l’heure de la digitalisation de nos sociétés : coachs et influenceurs sont désormais les nouvelles figures des entrepreneurs aux « corps instagrammables ».

Enfin, la production économique du corps nécessite d’analyser les caractéristiques des industries associées : si la production économique du corps est le reflet des principes et des valeurs du système capitaliste, elle impacte symétriquement la transformation de ce système à travers les stratégies de ses acteurs (salles de forme, firmes productrices de produits nutritionnels, compagnies pharmaceutiques, etc.).  Au final, la production économique du corps participe à la constitution de nouvelles sphères d’accumulation du capital, permettant au système capitaliste de se renouveler.

Mais cette production économique du corps est-elle nouvelle ? Quelles sont ses limites ? Quels liens la production économique du corps entretient-elle avec la dynamique du capitalisme ? Quels sont les rapports sociaux sous-jacents à l’économie du corps ? Quelles opportunités, mais aussi inégalités potentielles, sont associées à l’économie du corps ?

Ces questions, parmi d’autres, seront abordées par nos intervenants, et seront débattues avec le public. 

Date :

Mercredi 6 novembre
09:00 - 10:30