Organisé par

En collaboration avec

Nocturne de l’économie - université Paris 2 Panthéon Assas 2019

Une conférence organisée, en partenariat avec la BRED et l'Association française de science économique, autour du thème :

«Économistes et juristes face aux défis actuels du droit»

Quel est l’apport de la science économique aux grands débats juridiques contemporains à travers les exemples de la transformation numérique et de la raison d’être de l’entreprise ?

Mardi 2 avril 2019
Université Paris 2 Panthéon Assas - Grand Amphithéâtre 92 rue d'Assas, 75006 Paris

 

Inscription

Responsable du programme : Bruno Deffains

Table 1 : Transformation numérique du marché du droit
Présentation : Le marché français du droit représente aujourd’hui environ 32 milliards d’euros, soit 1,4% du PIB. Comme de nombreux autres secteurs de l’économie française, le marché du droit est confronté aujourd’hui à un choc technologique sans précédent du fait de la transformation numérique qui s’accompagne d’une mutation de la structure du marché du fait, notamment de l’émergence des legaltech. Dans un tel contexte l’ensemble des effets qui accompagnent cette mutation sont difficiles à évaluer avec précision. Sans doute les difficultés inhérentes à la mesure du droit et de ses conséquences sur les décisions économiques sont-elles en partie à l’origine d’une certaine méconnaissance des caractéristiques économiques du marché du droit. Mais il n’en demeure pas moins primordial d’apprécier les enjeux économiques de cette transformation numérique du marché du droit tant d’un point de vue microéconomique que macroéconomique du fait de la contribution du droit à la croissance. La question est au fond de comprendre dans quelle mesure les legaltech représentent un potentiel d’accélération du développement du marché du droit en proposant une table ronde qui permettra de comprendre comment les acteurs du marché du droit s’adaptent à la transition numérique. Les professionnels du droit que sont en particulier les cabinets d’avocats, les directions juridiques des entreprises ou encore les études de notaires sont désormais confrontés à la nécessité de développer de nouveaux modèles d’affaires, de nouvelles règles de tarification et à de nouvelles formes de concurrence. La question se pose également de savoir comment réguler le marché du droit dans un tel contexte, s’agissant aussi bien des conditions d’entrée des nouveaux entrants que de l’accès aux données judiciaires.

Modérateur :
Jean-Marc Vittori, Les Echos

Intervenants :

Thierry Pénard, Professeur d'économie à l'Université de Rennes 1
Stéphane Baller, Associé EY société d’avocats
Bruno Deffains, Professeur de Sciences Economiques à l'Université Paris 2
Olivier Campenon, Président, Lefebvre-Sarrut
Yannick Méneceur, Magistrat, Conseil de l’Europe


Table 2 : Réforme du droit des sociétés et redéfinition de l’entreprise
Présentation : Parmi les questions posées dans le projet de loi PACTE (Plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises), une des plus discutées concerne la définition de l’objet social de l’entreprise. Comment redéfinir en effet le rôle de l’entreprise face aux enjeux environnementaux et sociaux qui s’imposent à elle d’une manière pressante ? La modification très symbolique de deux articles piliers du Code civil napoléonien de 1804 (les 1833 et 1835) retenue par le ministre de l’économie a pour objectif de dépasser une "vision de l'entreprise datée" pour en "redéfinir la place dans notre économie ». Face à certaines réactions inquiète de voir s’ouvrir une "boîte de Pandore" , à savoir que la prise en compte de l'intérêt de parties prenantes autres que les actionnaires faciliterait toutes sortes de contentieux, le rapport Notat/Senard dans le cadre d’une mission sur le bien commun et l’entreprise. Ainsi, l'article 1833, qui aujourd'hui impose à toute société (définie à l'article 1832) l'obligation d'avoir "un objet licite" et "d'être constituée dans l'intérêt commun des associés », doit se voir ajouter un deuxième alinéa et consacrer ainsi la notion développée par la jurisprudence d'un intérêt social dépassant celui des actionnaires en affirmant la nécessité que toute société prenne désormais en compte les enjeux sociaux et environnementaux liés à son environnement. La table ronde proposera une analyse économique des enjeux d’une telle réforme du code civil du point de l’économie de l'entreprise.

Modérateur : Jean-Marc Vittori, Les Echos

Intervenants :

Olivier Klein, Directeur général de la BRED Banque Populaire, Professeur d'économie et de finances à HEC Paris
Antoine Rebérioux, Professeur d’économie à l’Université Paris VII Diderot
Eric Fourel, Managing Partner, EY, société d’avocats
Didier Martin, Avocat, Bredin Prat

 

Infos pratiques :
- Grand Amphithéâtre
- Adresse : 92 rue d'Assas, 75006 Paris
- Accès : RER B station Luxembourg ou Port-Royal ; Métro : ligne 10, stations Cluny-La Sorbonne ou Maubert-Mutualité ; Bus : ligne 82 (arrêt : Luxembourg), lignes 86 et 87 (arrêt : Cluny), lignes 84 et 89 (arrêt : Mairie du 5e)

Inscription

 

La nocturne de l'économie est organisée avec :

logo bred logo assas logo afse logo les echos



contact

Journées de l’Economie
Fondation pour l’Université de Lyon
35 rue de Marseille
69007 Lyon
Email : jeco@fpul-lyon.org

diffuser

Partagez le site JÉCO sur vos réseaux sociaux

Poster sur Twitter Poster sur Facebook Poster sur LinkedIn