Organisé par

En collaboration avec

Le progrès dans l'histoire de la pensée économique, de Smith à Keynes

Intervenants

Laurie Bréban
Maîtresse de conférences en sciences économiques, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
 Clément Coste
enseignant-chercheur à Triangle, Sciences Po Lyon
 Pierre-Noël Giraud
Professeur d'économie à Mines ParisTech et à Paris Dauphine
 Virginie Gouverneur
enseignante-chercheuse au BETA, Université de Haute-Alsace
 

Modératrice / Modérateur

Claire Silvant
Université Lumière Lyon 2

Découvrir le Thème

Laurie Bréban (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, PHARE) : « Progrès et bonheur, d'Adam Smith à l'économie du bonheur »
Cette communication se propose de revenir sur les liens entre progrès et bonheur, du point de vue de l'histoire de la pensée économique. Dans les années 1970, le "Paradoxe d'Easterlin" remet en question l'idée, largement acceptée par les économistes, depuis la révolution marginaliste, d'une influence positive de la croissance économique sur le bonheur. Cependant, un tel questionnement était déjà à l'œuvre pendant les Lumières et, en particulier, dans les écrits d'Adam Smith. Il s'agira de montrer comment ces écrits, bien qu'anciens, peuvent encore alimenter la réflexion autour du "Paradoxe d'Easterlin", en économie du bonheur.

Clément Coste (Sciences Po Lyon, Triangle) : « Le progrès dans les utopies saint-simoniennes et socialistes au 19e siècle français »
Face à la croissance paradoxale de l'industrie et du paupérisme, les socialistes associationnistes des décennies 1830-1840 proposent une alternative normative au fatalisme de l'économie politique. L'harmonie sociale ne pouvant être créée spontanément, il s'agit pour eux de proposer des voies d'accès qui vérifient le double impératif d'efficacité économique et de justice sociale. Contre les conceptions libérales de la propriété et de la liberté, le progrès repose sur l'élargissement de la notion de propriété.

Virginie Gouverneur (Université de Haute-Alsace, BETA) : « John Stuart Mill ou l'égalité des sexes comme moteur du progrès »
John Stuart Mill a développé une conception du progrès qui intègre une tendance de la société vers l’égalité parfaite des hommes et des femmes. Si les fondements de sa théorie sont avant tout de nature philosophique, il mobilise également les outils et concepts de l’analyse économique pour justifier sa position. Son approche novatrice reste néanmoins marquée par une vision ambivalente des rôles de genre.

Pierre-Noël Giraud (CERNA, Mines ParisTech) : « Progrès et temps libre chez Keynes »
Dans une célèbre conférence de 1930, « Perspectives économiques pour nos petits enfants », Keynes affirme qu'en 2030, l'humanité pourrait ne travailler que trois heures par jour en satisfaisant abondamment ses besoins essentiels, mais il s'inquiétait aussitôt de ce que nous saurions faire du temps ainsi libéré. En 2020, nous n'en sommes pas là. Qu'avons-nous fait du temps que le progrès technique nous a donné au cours du dernier siècle? Quelle conception du « progrès » avons-nous effectivement pratiquée ? En quoi et pourquoi fut elle-différente de celle que Keynes, grand bourgeois libéral de Bloomsburry nous proposait en 1930 : augmenter le temps libre pour le consacrer à la culture?

Session d’histoire de la pensée économique soutenue par le laboratoire Triangle et l’Association Charles Gide

Date

Mardi 17 novembre
17h00 - 18h30

Lieu

Salle : Centre culturel Saint-Marc
10 rue Sainte Hélène
69002 Lyon

Accès

Métro
A arrêt Ampère
Tram
T1 arrêt Perrache

Voir le plan

Soutenue par









contact

Journées de l’Economie
Fondation pour l’Université de Lyon
35 rue de Marseille
69007 Lyon
Email : jeco@fpul-lyon.org

diffuser

Partagez le site JÉCO sur vos réseaux sociaux

Poster sur Twitter Poster sur Facebook Poster sur LinkedIn