Organisé par

En collaboration avec

Les nouvelles routes de la soie?

Intervenants

Jean-Raphaël Chaponnière
Chercheur associé à Asia Centre
 Alice Ekman
Chercheur, responsable des activités Chine à l’Institut français des relations internationales (Ifri)
 Alain Labat
Président de la Fédération des associations franco-chinoises
 Martin Landais
Chef du bureau Asie-Océanie de la Direction générale du Trésor
 

Modérateur

Serge Marti
Ancien rédacteur-en-chef économique au Monde

Découvrir le Thème

Initié par Xi Jinping en 2013, le projet des nouvelles routes de la Soie (OBOR) marque la volonté de la Chine, nouvelle première puissance économique mondiale, de dessiner une architecture de la mondialisation aux couleurs de la Chine. Le projet repose sur le développement à grande échelle d’infrastructures maritimes et terrestres reliant la Chine à l’Europe via l’Océan indien, le Proche-Orient par mer et via l’Asie centrale et la Russie par voie terrestre. Ce sont près de 900 à 1.000 milliards de dollars d’investissements qui ont été recensés au niveau mondial. Ils comprennent la construction et la modernisation d’installations portuaires, de la Birmanie au Pakistan, du Sri Lanka à Djibouti, de voies de chemin de fer en Afrique de l’Est ou de réseaux gaziers en Asie centrale. Le rachat et/ou la modernisation portuaire en Grèce ou aéroportuaire au Portugal ou en France.

Les moyens mis en œuvre par la Chine sont considérables via notamment la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (AIIB), fonds souverain chinois de la route de la soie, et l’Exim Bank, Banque chinoise de développement. Les grands groupes chinois semi étatiques du BTP y ont une position forte. De nombreux pays se sont associés à ce projet en prenant des participations au capital de la banque. Les États-Unis se sont abstenus et ont tenté en vain de dissuader les Européens de le faire. Le financement du projet marque aussi la défiance de la Chine à l’égard des organismes multilatéraux tels que l’Asian Développement Bank trop dominés par le Japon et les États-Unis. C’est aussi un défi adressé au monde. Sans aller jusqu’à titrer « la Chine encercle le monde » comme Tom Hancock dans le Financial Times du 4 mai 2017, ce projet soulève des questions de souveraineté notamment pour l’Europe.

Quel est l’accueil des pays européens ? La Chine cherche, en négociant en bilatéral, à contourner l’Europe ses institutions et ses réglementations. Des questions de sécurité par exemple en matière d’infrastructure portuaires, aéroportuaires, ou énergétiques pourrait poser problème. Dans quelle mesure l’Union Européenne garde-t-elle son mot à dire ?

Dans quelle mesure aussi la guerre commerciale qui oppose la Chine aux États-Unis interfère-t-elle avec ce projet ?

Date

Jeudi 08 novembre
14h00 - 15h30

Lieu

Salle : Salle Molière
18 Quai de Bondy
69005 Lyon

Accès

Bus
C3 arrêt Saint-Paul

Voir le plan


contact

Journées de l’Economie
Fondation pour l’Université de Lyon
35 rue de Marseille
69007 Lyon
Email : jeco@fpul-lyon.org

diffuser

Partagez le site JÉCO sur vos réseaux sociaux

Poster sur Twitter Poster sur Facebook Poster sur LinkedIn