Organisé par

En collaboration avec

Les trois capitalismes

Intervenants

Patrick Artus
Chef économiste de Natixis et membre du Comité Exécutif, Professeur-associé d'économie à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
 Louis Gallois
Président du Conseil de surveillance de PSA Groupe
 Un panel étudiants / lycéens

 

Découvrir le Thème

On peut distinguer aujourd’hui trois formes de capitalisme :
- le capitalisme «financier», « actionnarial », « anglo-saxon » où les décisions des entreprises sont prises essentiellement en fonction des intérêts des actionnaires ;
- le capitalisme «de Responsabilité Sociale de l’Entreprise», «européen continental» où les décisions des entreprises prennent en compte aussi l’environnement, les intérêts des salariés, des clients, des fournisseurs, des collectivités voisines des lieux de production ;
- le capitalisme «étatique», partant de Chine, de Russie, du Moyen-Orient où les entreprises et les Etats travaillent ensemble avec des objectifs communs de développement des pays.

Quels sont les avantages, les inconvénients de ces trois formes de capitalisme ? Comment réagir face au développement rapide du capitalisme «étatique» avec, en particulier, l’investissement en acquisition d’entreprises de l’excès d’épargne de la Chine.

Les plus

Les trois capitalismes et leur cohérence

Document proposé par Patrick Artus.

Nous examinons les trois modèles présents de capitalisme : le capitalisme « financier anglo-saxon », le capitalisme « coopératif » d’Europe continentale, le capitalisme « d’Etat », chinois en particulier. Nous voulons montrer que le modèle économique et institutionnel des pays qui adoptent un de ces types de capitalisme est cohérent autour du modèle de capitalisme choisi : le choix d’un type de capitalisme implique des choix pour l’organisation du système financier, du marché du travail, de la fiscalité, du rôle de l’Etat… Adopter un modèle de capitalisme impose d’adopter aussi les autres organisations institutionnelles cohérentes avec ce modèle.

Nous allons montrer :
que le capitalisme « financier anglo-saxon » (choix des entreprises liés à l’intérêt des actionnaires) implique la flexibilité du marché du travail, la faiblesse de la pression fiscale donc du rôle de l’Etat, permet donc le financement des entreprises sur les marchés financiers ;

que le capitalisme « coopératif d’Europe continentale » (choix des entreprises liés aux intérêts de toutes les parties prenantes des entreprises, Responsabilité Sociale de l’Entreprise) implique un marché du travail réglementé, n’est donc compatible qu’avec des relations de financement à long terme entre entreprises et banques, conduit à un partage des revenus qui ne soit pas anormalement défavorable aux salariés, donc à l’acceptation d’un rendement des fonds propres plus faible que dans le modèle anglo-saxon ; conduit aussi à ce que les entreprises contribuent davantage au financement des dépenses sociales, de l’équipement des territoires, de la formation, donc à une pression fiscale plus forte sur les entreprises ;

que le capitalisme « d’Etat » (chinois) implique une forte connivence entre l’Etat, les entreprises, les banques publiques, dans les domaines du financement des entreprises, de leur stratégie, de leur développement international.


Date

Mercredi 08 novembre
14h00 - 15h30

Lieu

Salle : Hôtel de Région
1 esplanade François Mitterrand
69002 Lyon

Accès

Tram :
Lignes : T1 arrêt Hôtel de Région - Montrochet

Voir le plan


contact

Journées de l’Economie
Fondation pour l’Université de Lyon
35 rue de Marseille
69007 Lyon
Email : jeco@fpul-lyon.org

diffuser

Partagez le site JÉCO sur vos réseaux sociaux

Poster sur Twitter Poster sur Facebook Poster sur LinkedIn