Organisé par

En collaboration avec

Les injustices climatiques

Intervenants

Alain Ayong Le Kama
Professeur de sciences économiques (Université de Paris Ouest - Nanterre La Défense) Président de la French Association of Environmental and Resource Economists
 El Hadji Fall
Conseiller économique du PNUD au Bénin depuis 2012 et Chef du Département des Politiques et Stratégies
 Charles Figuières
Directeur de recherche, INRA, LAMETA, université de Montpellier 1
 Olivier Godard
Directeur de Recherche CNRS Ecole polytechnique
 Frédéric-Paul Piguet
Chargé de recherche Centre de droit public Université de Lausanne
 Gilles Rotillon
Professeur émérite de Sciences économiques (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
 

Découvrir le Thème

Il s'agit, lors de cette conférence sur les « injustices climatiques », de s'interroger tout autant sur les inégalités/injustices engendrées par l'évolution (actuelle) du climat, que sur celles résultant des choix d'orientations politiques des pays riches en matière de lutte contre le changement climatique sur les plus vulnérables.

Nous commencerons par évoquer les grands principes de «justice distributive», de responsabilité, etc. qui nous proviennent de la philosophie morale et politique. Nous nous interrogerons alors sur "l'illusion" qui entoure la "légitimation" de ces grands principes dans le cas du climat, dans la répartition des efforts de réduction entre les pays dans le cadre des négociations internationales, et cela tant du point de vue moral, que politique et épistémologique.

Ces grands principes permettent tout de même de réinterroger, d’un point de vue philosophique, la « supposée » responsabilité historique du Nord (émissions de GES de 1850 à 1990), avancée politiquement au nom de la justice climatique, par le Sud ou par diverses ONG, et sensée donner droit à réparation et compensation, ou à partage égal des droits d'émission par tête.

Mais, nous nous rendrons très vite compte du fait que même si ces grands principes semblent de "bon sens", ils sont très difficiles à mettre en œuvre dans la pratique. En effet, d'un point de vue théorique et conceptuel l'éthique de la responsabilité qui découle de ces grands principes de philosophie morale est flatteuse, et parfaitement compréhensible, mais quand il s'agit de la mettre en œuvre concrètement au quotidien, on fait face à de nombreux obstacles. Au-delà même de la question du climat, comment appliquer de tels principes dans le cas de la déforestation et de la mise en œuvre des mécanismes REDD+ par exemple ? ou encore, dans le cas de l’allocation de quotas individuels de pêche ?

Enfin, l’une des questions clés, qui sera déterminante pour l’issue des prochaines négociations climatiques dans le cadre de la COP21 à Paris, est celle du « traitement » qui sera réservé aux pays vulnérables, et aux pays africains en particulier. Car, il est en effet connu que l'Afrique souffrira davantage des effets du changement climatique, quelques soient les efforts qui seront entrepris en matière d’adaptation, sachant que sa contribution aux émissions est inférieure à 4% du total mondial. Le principe de responsabilité commune, mais différenciée, a été retenu pour tenir compte ce différentiel, de ces injustices, dans le degré d’adaptation, et donc de résilience, des pays face au risque de changement climatique. Mais sera-t-il suffisant pour permettre d’aboutir à un consensus à Paris ? et, plus généralement dans une perspective de long terme, permettra-t-il de réduire les injustices climatiques ?

Date

Mardi 13 octobre
15h00 - 16h30

Lieu

Salle : Paul Garcin
Impasse Flesselles
69001 Lyon

Accès

Bus :
Ligne C13 arrêt Place Rouville

Voir le plan

Soutenue par







contact

Journées de l’Economie
Fondation pour l’Université de Lyon
35 rue de Marseille
69007 Lyon
Email : jeco@fpul-lyon.org

diffuser

Partagez le site JÉCO sur vos réseaux sociaux

Poster sur Twitter Poster sur Facebook Poster sur LinkedIn