Organisé par

En collaboration avec

Mobilités sociales : quels obstacles ? quels leviers ?

Intervenants

Simone Bonnafous
directrice générale pour l'enseignement supérieur et l'insertion professionnelle, Ministère de l'Education Nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche
 Jean Pisani-Ferry
Professeur à la Hertie school of governance de Berlin et professeur associé à Sciences-Po
 Christine Thiebot
Proviseure du Lycée Jacques Brel, La Courneuve
 Louis-André Vallet
sociologue, directeur de recherche au CNRS
 

Modérateur

Thierry Fabre
Challenges

Découvrir le Thème

Alors que la mobilité sociale est au cœur du projet méritocratique, les Français n’ont plus confiance dans la capacité de promotion de leur modèle social. Le thème de la « panne de l’ascenseur social » revient ainsi régulièrement dans le débat public depuis une quinzaine d’années. L’étude de la mobilité sociale entre 1977 et 2003 montre qu’en réalité la société française est devenue plus fluide. Cependant, la part des trajectoires ascendantes n’a que faiblement augmenté, contrairement aux trajectoires descendantes, avec un déclassement plus fréquemment constaté depuis 1985. En particulier, l’augmentation du chômage des jeunes, y compris pour les jeunes diplômés, alimente une remise en cause du système éducatif, de sa capacité à remplir son rôle d’ « ascenseur social » et de sa fonction de correcteur des inégalités.

Le système scolaire est évalué aujourd’hui comme plus inégalitaire que dans les années 2000 et les enquêtes PISA 2012 montrent que l’incidence du milieu économique sur les résultats scolaires est plus importante en France que dans de nombreux pays de l’OCDE, y compris en Allemagne, en Suède et au Royaume-Uni pour prendre trois modèles européens assez différents. Dès l’école primaire, les performances scolaires sont fortement corrélées au milieu social et ces inégalités se renforcent tout au long de la scolarité, accentuées par les choix d’orientation dès le collège. Enfin, la ségrégation sociale se traduit par une forte ségrégation scolaire, accrue par la sélectivité sociale des choix scolaires des familles de classes supérieures.

Si les enfants de catégories populaires sont les premiers à avoir bénéficié de la démocratisation scolaire, celle-ci n’a pour autant pas suffi à permettre l’égalité des chances. On parle ainsi de « démocratisation ségrégative ». Pour que la promesse d’égalité républicaine soit effective, il faudrait réformer le système scolaire. La faible mobilité sociale pose aussi un problème de compétitivité en France. Depuis 1995, la progression de l’accès au bac, pour atteindre l’objectif de 80% d’une classe d’âge, s’est faite essentiellement par la progression des bacheliers professionnels alors que la proportion de bacheliers généraux a légèrement régressé. Ce sont pourtant les bacheliers professionnels et techniques qui rencontrent la plus forte croissance du taux de chômage, signe d’une mauvaise adéquation entre formation et marché du travail. A l’inverse, certains secteurs en expansion qui ont besoin de main d’œuvre qualifiée, comme le numérique, risquent d’avoir des difficultés pour trouver suffisamment de diplômés dans les prochaines années.

Devant ce constat, quels leviers activer ? Quelle responsabilité attribuer au contexte économique, de faible croissance et faible création d’emplois stables ? Quels effets du système éducatif ? Faut-il réformer le modèle de gestion, les pratiques d’enseignements ou les politiques pour la mixité sociale ? Sur ces sujets, la littérature économique et sociologique est profuse, mais se heurte à la difficulté de distinguer les effets purs du système éducatif sur les performances des élèves. Pour séparer l’effet de l’environnement social et familial, de la qualité de l’école, des pratiques pédagogiques et des compétences individuelles, les économistes utilisent des expérimentations, naturelles ou contrôlées, qui sont encore trop peu nombreuses en France. Enfin, dans un contexte de baisse des dépenses publiques, comment prioriser les chantiers de réforme?

Date

Jeudi 13 novembre
17h00 - 18h30

Lieu

Salle : Rameau'
29 rue de la Martiniere
69001 LYON

Accès

Métro :
Lignes : A et C -arrêt Hôtel de Ville

Bus :
Lignes : C13 – C14 – C18 arrêt Tobie Robatel

Voir le plan


contact

Journées de l’Economie
Fondation pour l’Université de Lyon
35 rue de Marseille
69007 Lyon
Email : jeco@fpul-lyon.org

diffuser

Partagez le site JÉCO sur vos réseaux sociaux

Poster sur Twitter Poster sur Facebook Poster sur LinkedIn