Organisé par

En collaboration avec

Comment mesurer le bien-être ?

Intervenants

François Bourguignon
chaire émérite à Paris School of Economics
 Martine Durand
Chef Statisticien et Directrice des statistiques de l'OCDE
 Guillaume Gaulier
Economiste à la Banque de France, Adjoint au chef de service du Service d’Etude de la Compétitivité et des Echanges Extérieurs (SEC2E) de la Direction des Etudes Microécononomiques et Sructurelles (DEMS)
 Stefan Lollivier
Chargé de mission auprès du Directeur Général, Insee
 Claudia Senik
Professeur de Sciences économiques (Université Paris-4 Sorbonne - PSE)
 

Modérateur

Eric Le Boucher
Enjeux Les Echos

Découvrir le Thème

Tout le monde aspire au bien être ou à une vie meilleure. Mais qu’entend-on exactement par bien-être et comment le mesure-t-on? Depuis plusieurs années, l’idée que les statistiques macroéconomiques traditionnelles comme le PIB, utilisé depuis longtemps comme mesure indirecte du bien-être, ne rendent pas réellement compte de nos conditions de vie actuelles et futures fait son chemin. La crise financière et économique en cours n’a fait que renforcer cette perception.

En 2008, le président Sarkozy a mis en place la Commission sur la mesure des performances économiques et du progrès social, présidée et coordonnée par Joseph Stiglitz, Amartya Sen et Jean-Paul Fitoussi. En septembre 2009, cette Commission a publié un rapport dans lequel elle présente une trentaine de recommandations sur les améliorations à apporter aux systèmes de mesure du bien-être et du progrès. Bon nombre de ces recommandations trouvent un écho dans les travaux actuellement conduits par l’OCDE dans le cadre de la « Better Life Initiative ». À l’échelon européen, Eurostat et l’INSEE ont mis en place un parrainage dont le but est de faire des recommandations, sur la base du rapport Stiglitz, pour le Système statistique européen. Enfin, plusieurs pays ont lancé une réflexion autour de la question de la mesure du bien-être et du progrès des sociétés sous la forme de consultations publiques nationales (Australie, Royaume- Uni), de commissions parlementaires (Allemagne, Norvège), de tables rondes à l’échelle nationale (Espagne, Italie, Slovénie), de projets d’intégration et de diffusion des statistiques sur la situation économique, sociale et environnementale des entités territoriales (États-Unis), de rapports statistiques thématiques (Australie, Autriche, Irlande) et d’autres initiatives (Corée, France, Japon, Luxembourg, Suisse et Chine).

Cette Conférence se propose de faire le point sur l’état de la réflexion sur la mesure du bien-être et le développement d’indicateurs au niveau national et international. Mesurer le bien-être, est-ce la même chose que mesurer le bonheur ? Le bien-être se résume-t-il au bien-être subjectif ou ce dernier représente-t-il un simple facteur de bien-être, au même titre que d’autres dimensions objectives telles que les conditions de vie matérielles, la santé ou les liens sociaux ? Quelles informations supplémentaires nous apportent les indicateurs de bien-être subjectif ? Doit-on remplacer le PIB par un indicateur composite de bien-être ? Les approches adoptées dans les différents pays convergent-elles ? Peut-on mesurer le bien-être de la même façon dans les pays riches et les pays pauvres ?

Date

Jeudi 10 novembre
11h00 - 12h30

Lieu

Salle : Rameau
29 rue de la Martiniere
69001 LYON

Accès

Métro :
Lignes : A et C -arrêt Hôtel de Ville

Bus :
Lignes : C13 – C14 – C18 arrêt Tobie Robatel

Voir le plan

Soutenue par







contact

Journées de l’Economie
Fondation pour l’Université de Lyon
35 rue de Marseille
69007 Lyon
Email : jeco@fpul-lyon.org

diffuser

Partagez le site JÉCO sur vos réseaux sociaux

Poster sur Twitter Poster sur Facebook Poster sur LinkedIn