Organisé par

En collaboration avec

Pour vos questions : envoyer un SMS au 07 67 00 68 61

Une conférence avec le soutien de



Intervenants

Manuela Borella
Vice President Plant Based Acceleretion, Danone
 Didier Bruno
Membre du Directoire de la Caisse d’Epargne Rhône Alpes
 Aurélie Piet
Economiste indépendante, membre du Think tank BSI Economics
 Amélie Roux
Chef économiste chez Saint Gobain
 Claire Waysand
Directrice générale par intérim, Engie
 

Modératrice / Modérateur

Jean-Marc Vittori
Les Echos

Découvrir le Thème

Il y a un demi-siècle, l’économiste Milton Friedman proclamait que «la responsabilité sociale des entreprises est d’accroître leurs profits». Mais en prospérant, le capitalisme d’actionnaires a débouché sur des crises financières, sociales, environnementales qui finiront par devenir insupportables. En France, la loi a récemment ouvert la possibilité aux entreprises d’inscrire dans leurs statuts une raison d’être, voire une mission qui peut être sociale ou environnementale. D’autres pays, y compris les Etats-Unis, vont dans la même direction. Les entreprises peuvent-elle être vraiment pilotées différemment ? Doivent-elles avoir une responsabilité illimitée, sur quoi et devant qui ? Leur efficacité n’est-elle pas menacée ?



contact

Journées de l’Economie
Fondation pour l’Université de Lyon
35 rue de Marseille
69007 Lyon
Email : jeco@fpul-lyon.org

diffuser

Partagez le site JÉCO sur vos réseaux sociaux

Poster sur Twitter Poster sur Facebook Poster sur LinkedIn