Organisé par

En collaboration avec

Les ressources des Jéco 2008

Nous travaillons à la mise en place d’une bibliothèque virtuelle des Jéco dans laquelle vous trouverez les documents proposés par les intervenants, les vidéos des conférences qui ont été enregistrées et des propositions de documents complémentaires faites par l'équipe de touteconomie.org avec l'aide d'élèves de l'ENS Lettres et sciences humaines. Dans l'attente de la disponibilité de cette bibliothèque, vous trouverez sur cette page les documents proposées par les intervenants et les vidéos des conférences.

Les vidéos des conférences

Les vidéos sont affichées par date de disponibilité

Les documents des conférences

Les documents sont classés par dates de disponibilité. Vous trouvez également ces documents sur la page de présentation de chaque conférence.

  • Résultats de la Marx-Engels-Gesamtausgabe (MEGA) (14/11/2018) pour la conférence : Nouvelles recherches sur Marx
    Texte de la présentation de Régina Roth en français

  • Texte de Pauline Clochec (14/11/2018) pour la conférence : Nouvelles recherches sur Marx
    Texte reprenant son intervention.

  • Marx at 200: Introductory remarks (14/11/2018) pour la conférence : Nouvelles recherches sur Marx

    Texte d'introduction à un numéro de The European Journal of the History of Economic Thought et à la conférence écrit par Gilbert Faccarello and Heinz D. Kurz
    Texte en anglais



  • Tohu (03/11/2018) pour la conférence : Les métropoles modernes : succès urbain, échec humain ?
    Présentation du site de la TOHU a Montréal qui accueil les participants aux Jéco

  • Les dirigeants face à l’industrie 4.0 (22/10/2018) pour la conférence : ETI : des entreprises stratégiques si discrètes ?

    Le résultat d’un sondage mené auprès des dirigeants sur leur perception de l’industrie 4.0.

    Avec la révolution numérique, les frontières entre le monde physique et digital s’amenuisent pour donner vie à une industrie 4.0 interconnectée dans laquelle les collaborateurs, les machines et les produits interagissent. Afin d’évaluer la connaissance, la perception et la maturité des entreprises industrielles françaises vis-à-vis de l’industrie du futur, Mazars publie les résultats d’une enquête réalisée avec OpinionWay auprès de 203 dirigeants d’industries françaises de grandes entreprises et d’ETI.



  • Mobilité durable : naviguer dans un monde de disruption (22/10/2018) pour la conférence : Voiture autonome et mobilités urbaines?

    Une étude consacrée au secteur automobile et plus particulièrement à la mobilité durable

    Les experts du secteur automobile de Mazars dévoilent les résultats de leur étude réalisée avec IHS Markit consacrée à la manière dont la mobilité durable est sur le point de transformer l'industrie automobile mondiale.
    À travers cette étude, les experts ont décrypté les nouveaux enjeux auxquels le marché est aujourd'hui confronté. Au regard des avis des spécialistes du secteur, Mazars met en perspective les défis qu'ont à relever chacun des 7 pays leaders de l'industrie automobile (Royaume-Uni, Chine, Etats-Unis, Inde, Allemagne et Pologne). Sur cette scène internationale, la France, prête à bondir dans la mobilité durable, se positionne comme un challengeur notamment en termes de véhicule électrique et s’impose dans la course à la voiture autonome.



  • Bilan prévisionnel de l’équilibre offre-demande d’électricité en France (18/10/2018) pour la conférence : Réinventer l’Europe de l’énergie

    RTE élabore et publie chaque année le « Bilan prévisionnel » de l’équilibre entre l’offre et la demande d’électricité, conformément à sa mission confiée par la loi.

    RTE a établi cinq scénarios pour la réussite de la transition énergétique, de l’hiver 2018-2019 à 2035. Réalisé en concertation avec l’ensemble des acteurs (producteurs, fournisseurs, distributeurs d’électricité et de gaz, ONG, organisations professionnelles, universitaires et think-tanks, institutions) et élaboré à partir de 50 000 simulations, le Bilan prévisionnel établit des scénarios robustes et exhaustifs. Le Bilan prévisionnel a pour vocation d’éclairer les décisions sur les choix énergétiques permettant de disposer d’une alimentation électrique sûre et durable en 2035.

    Horizon 2025
    La fermeture d’un nombre important de réacteurs nucléaires (de l’ordre de vingt-quatre) doit être accompagnée par une forte accélération du développement des énergies renouvelables et de la construction de nouvelles centrales au gaz (plus de 11 000 MW) pour atteindre l’objectif de 50% de production nucléaire, fixé par la loi de transition énergétique.
    Horizon 2035 : 5 scénarios volontairement contrastés pour accompagner les décisions qui construisent le système électrique de demain.
    Tous les scénarios envisagés (Ohm, Ampère, Hertz, Volt et Watt) aboutissent à :
    - Une croissance forte des énergies renouvelables ;
    - La fermeture de réacteurs nucléaires ;
    - Une évolution de la consommation électrique (stable ou en baisse dans toutes les simulations) ;
    - Le développement massif du véhicule électrique ;
    - La croissance de l’autoconsommation électrique.



  • Quel scénario pour le CO2, la consommation d’énergie, le prix de l’énergie… ? (08/09/2017) pour la conférence : Les perspectives de long terme pour l energie et le climat

    Document proposé par Patrick Artus.

    On peut utiliser pour prévoir les évolutions de la consommation mondiale des différentes formes d’énergie, le prix de l’énergie, donc la structure de la demande et de la production de biens et services, deux scénarios très différents :
    - un scénario de prolongation des tendances récentes « extrapolatif », dans lequel la consommation d’énergie fossile et les émissions de CO2 restent nettement supérieures à celles qui permettraient de respecter les objectifs climatiques ; dans ce scénario, le prix de l’énergie augmente en raison de la hausse de la demande d’énergie ; la structure de l’économie mondiale n’est pas profondément modifiée, les coûts des désordres climatiques augmentent progressivement ;
    - un scénario « normatif » où les objectifs climatiques sont respectés, par exemple par la mise en place d’un prix mondial élevé du CO2. Dans ce scénario, la consommation d’énergies fossiles et les émissions de CO2 reculent ; la taxation des émissions de CO2 conduit à une forte déformation de la demande de biens et services, au détriment des biens et services dont la production consomme beaucoup d’énergie et en faveur des autres ; les revenus des pays producteurs d’énergie fossile chutent.

    En réalisant des prévisions à moyen long terme, quel scénario faut-il utiliser ? A quelle date faut-il commencer à basculer du scénario « extrapolatif » vers le scénario « normatif » ?



  • Les trois capitalismes et leur cohérence (08/09/2017) pour la conférence : Les trois capitalismes

    Document proposé par Patrick Artus.

    Nous examinons les trois modèles présents de capitalisme : le capitalisme « financier anglo-saxon », le capitalisme « coopératif » d’Europe continentale, le capitalisme « d’Etat », chinois en particulier. Nous voulons montrer que le modèle économique et institutionnel des pays qui adoptent un de ces types de capitalisme est cohérent autour du modèle de capitalisme choisi : le choix d’un type de capitalisme implique des choix pour l’organisation du système financier, du marché du travail, de la fiscalité, du rôle de l’Etat… Adopter un modèle de capitalisme impose d’adopter aussi les autres organisations institutionnelles cohérentes avec ce modèle.

    Nous allons montrer :
    que le capitalisme « financier anglo-saxon » (choix des entreprises liés à l’intérêt des actionnaires) implique la flexibilité du marché du travail, la faiblesse de la pression fiscale donc du rôle de l’Etat, permet donc le financement des entreprises sur les marchés financiers ;

    que le capitalisme « coopératif d’Europe continentale » (choix des entreprises liés aux intérêts de toutes les parties prenantes des entreprises, Responsabilité Sociale de l’Entreprise) implique un marché du travail réglementé, n’est donc compatible qu’avec des relations de financement à long terme entre entreprises et banques, conduit à un partage des revenus qui ne soit pas anormalement défavorable aux salariés, donc à l’acceptation d’un rendement des fonds propres plus faible que dans le modèle anglo-saxon ; conduit aussi à ce que les entreprises contribuent davantage au financement des dépenses sociales, de l’équipement des territoires, de la formation, donc à une pression fiscale plus forte sur les entreprises ;

    que le capitalisme « d’Etat » (chinois) implique une forte connivence entre l’Etat, les entreprises, les banques publiques, dans les domaines du financement des entreprises, de leur stratégie, de leur développement international.



  • Politiques économiques : retour aux débats des années 1970-80 ? (08/09/2017) pour la conférence : Débat de politique économique : retour vers le passé
    On voit aujourd’hui dans les pays de l’OCDE :
    - certains (FMI, OCDE, Commission Européenne…) préconiser le retour de politiques keynésiennes : utilisation des déficits publics pour soutenir la croissance, lutter contre l’excès d’épargne ;
    - d’autres (D. Trump, Th. May, F. Fillon…) préconiser le retour de politiques de l’offre : baisse des impôts des entreprises et des ménages, flexibilité accrue du marché du travail. On voit donc le retour aux débats (un peu caricaturaux) de politique économique des années 1970-1980. D’où vient ce retour ?

    Probablement :
    - de la constatation que les politiques monétaires ont atteint leurs limites ;
    - de ce qu’aucune de ces politiques (demande, offre) n’a été essayée complètement, avec force, depuis 30 ans : lorsque des déficits publics ont été mis en place, ils ont été vite corrigés ; lorsque des baisses d’impôts ont été mises en place, elles ont été timides ;
    - de l’insuffisance de l’analyse qui est faite dans les deux cas : les problèmes de croissance viennent souvent de causes structurelles (affaiblissement du progrès technique, déficiences des systèmes d’éducation et de formation, déformation des structures des économies) que ni les politiques de la demande ni les politiques de l’offre telles qu’elles sont proposées ne pourront corriger.

  • Discours du Président de la FPUL (08/11/2016) pour la conférence : Séance d'ouverture des Jéco 2016

    Intervention du Président de la Fondation pour l’Université de Lyon, Monsieur Bernard Bigot, lors de la séance d'ouverture.



  • Saint-Simon et les saint-simoniens : quelques références (06/11/2016) pour la conférence : L’héritage de Saint-Simon
    Références proposées par Gilbert Faccarello

  • A quelles questions théoriques les Banques Centrales doivent-elles répondre ? (18/10/2016) pour la conférence : A quoi servent les banques centrales sans inflation ?

    Document proposé par Patrick Artus

    L’expérience de politique monétaire très expansionniste depuis 2008 dans les pays de l’OCDE, et les trajectoires économiques des pays de l’OCDE, conduisent à s’interroger sur les fondements théoriques des politiques monétaires. Quelles sont les questions posées ? [...]



  • Présentation atelier (05/09/2016) pour la conférence : Atelier pédagogique : Mesurer et lutter contre les discriminations à l'embauche

    Document de présentation complet, présente notamment les points des programmes de SES, STMG qui seront abordés.



  • Présentation atelier (24/08/2016) pour la conférence : Atelier pédagogique : Les rouages de la concurrence

    Document de présentation complet, présente notamment les points des programmes de SES, STMG qui seront abordés 



  • Présentation complète de l'atelier (07/10/2015) pour la conférence : Les mutations du commerce international (Atelier DGESCO)


  • Que s’est-il passé dans les grands pays émergents ? (25/09/2015) pour la conférence : Nouveaux défis des émergents
    Un flash de Patrick Artus

  • France – Italie (23/07/2015) pour la conférence : Quel modèle français dans un monde globalisé ?
    France – Italie : ces deux pays peuvent légitimement avoir des préférences sociales différentes, mais il faut en assumer les conséquences dans une économie mondiale globalisée

    La France et l’Italie ont parfaitement le droit d’avoir des préférences sociales différentes de celles des autres pays de l’OCDE en ce qui concerne :
    • la générosité de la protection sociale ;
    • le rôle de l’Etat ;
    • le partage des revenus et le fonctionnement du marché du travail.

    De ces préférences sociales différentes, il résulte en France et en Italie :
    • une pression fiscale plus élevée que dans les autres pays de l’OCDE, en particulier sur les entreprises ;
    • un partage des revenus plus favorable aux salariés, donc une profitabilité et une rentabilité du capital plus faibles que dans les autres pays de l’OCDE.

    Il faut cependant, en France et en Italie, accepter que cela signifie, dans un Monde globalisé, avec parfaite mobilité des capitaux, une perte d’investissement, de capacité de production, d’emplois dans le secteur exposé à la concurrence au profit des autres pays de l’OCDE

  • Les difficultés des réformes structurelles (04/11/2014) pour la conférence : Réfléchir de manière plus profonde aux réformes structurelles

    Note Flash de Patrick Artus

    On conseille systématiquement aux pays européens de mettre en place des politiques de réformes structurelles : flexibilité accrue du marché du travail ; déréglementation des marchés des biens et services ; réforme fiscale, réduction des dépenses publiques, réforme des retraites, politiques du logement… Ces politiques visent à restaurer la compétitivité et la profitabilité, à accroître l’offre de biens et services et la croissance potentielle.

    Il nous semble que ces politiques de réformes structurelles doivent être analysées plus profondément, car elles génèrent aussi des risques :
    - leur coût à court terme peut être élevé, et il faudrait le comparer aux bénéfices attendus à long terme ;
    - les réformes structurelles sont le plus souvent désinflationnistes ; si elles sont menées en bas de cycle, elles peuvent conduire à la déflation ;
    - les réformes structurelles peuvent devoir être coordonnées entre elles ; par exemple les réformes du marché du travail qui réduisent les salaires peuvent être équilibrées par des réformes des marchés des biens et services qui réduisent les prix ;
    - les réformes structurelles peuvent devoir être coordonnées entre les pays ; ainsi les réformes qui aboutissent à une baisse du coût salarial unitaire génèrent une externalité négative pour les autres pays et doivent donc être coordonnées.  



  • Présentation de l'atelier (24/10/2014) pour la conférence : Atelier pédagogique Education nationale : Des graphiques pour débattre et comprendre l'économie


  • Lettre de cadrage du projet "Concours de Mooc" (23/09/2014) pour la conférence : Atelier Melchior - L'institut de l'entreprise


  • Présentation complète de l'atelier (18/09/2014) pour la conférence : Atelier pédagogique Education nationale : Externalités et outils des politiques environnementales


  • A quoi ressemblera la banque de demain dans la zone euro ? Un peu de ''banque-fiction'' (06/11/2013) pour la conférence : A-t-on encore besoin des banques?

    Flash économie de la recherche économique de Natixis (Patrick Artus)

    Nous partons d'une analyse positive et non normative : quelle est l'évolution la plus probable de la banque dans la zone euro, à long terme ? Il ne s'agit pas bien sûr des évolutions présentes mais de celles qu'induiront à long terme la philosophie de la régulation et la spécialisation des institutions financières.

    Notre point de départ est l'évolution règlementaire et ses fondements : les régulateurs des banques veulent essentiellement :
    - protéger les déposants ;
    - éviter de dépenser de l'argent public pour sauver les banques.

  • Programme des Dialogues en ESS (18/10/2013) pour la conférence : Quels enjeux d’une vision partagée de l’innovation sociale?


  • Programmes d’enseignement concernés par le sujet des JECO (25/07/2013) pour la conférence : Transparence : est-ce la solution pour rétablir la confiance dans la finance (IEFP)
    Présentation du thème de la conférence dans le cadre des programmes de SES et économie-gestion. Le document propose également des liens vers des documents / vidéos en complément.

  • Présentation de l'atelier (11/07/2013) pour la conférence : Atelier pédagogique : Le marché du travail


  • Présentation de l'atelier (11/07/2013) pour la conférence : Atelier pédagogique Les banques


  • Création de Valeur Partagée et de Développement Durable (10/11/2012) pour la conférence : Nourrir la planète demain
    Rapport Développement Durable Nestlé en France 2011 (rapport en pdf) et en illustration d’actions et d’engagements de marques sur le marché Français. Lien site internet : http://www.nestle.fr/widgets/Documents/Le%20cycle%20de%20vie%20d%27un%20produit.pdf

  • Quelles monnaies pour les territoires ? (06/11/2012) pour la conférence : Quelles monnaies locales pour les territoires ?
    Document proposé par Jerôme Blanc qui fait un rapide historique des monnaies locales et des nouvelles problèmatiques notamment le besoin d'articuler les initiatives citoyennes et celles des pouvoirs publics locaux.

  • Sûreté centrales nucléaires (05/11/2012) pour la conférence : Peut-on gérer le risque nucléaire ?
    Note réalisée par Bernard Laponche en support de l’audition du 25 avril par la Commission d’enquête du Sénat sur «Le coût réel de l’électricité».

  • La sûreté des installations nucleaires (05/11/2012) pour la conférence : Peut-on gérer le risque nucléaire ?
    Document de Bernard Laponche & Yves Marignac de Septembre 2011

  • Peut-on prévoir, donc peut-être éviter les crises financières ? (28/10/2012) pour la conférence : Peut-on prévoir les ruptures et les crises ?
    Les évolutions économiques marquantes se font, surtout depuis les années 1990, non de manière continue mais dans des crises financières de natures diverses :
    - explosions de bulles spéculatives sur les prix des actifs (actions en 1997, 2000 ; immobilier et actifs complexes liés à l’immobilier en 2007-2008) ; ces explosions de bulles conduisent à la révélation de l’excès d’endettement, d’où le basculement dans une dynamique de désendettement ;
    - crises de balance des paiements (arrêt brutal du financement d’un pays par les prêteurs non résidents : par exemple 1997 en Corée et en Thaïlande, 1998 au Brésil, en Russie, 2000-2001 en Turquie, 2009 dans les pays périphériques de la zone euro), d’où récessions, quand c’est possible effondrement du taux de change ;
    - apparition brutale de primes de risque sur les dettes publiques qui étaient auparavant considérées comme sans risque (pays périphériques de la zone euro) d’où le passage brutal à des politiques budgétaires restrictives ;
    - crises de liquidité bancaire conduisant au rationnement du crédit bancaire, domestique et à l’exportation, comme après la faillite de Lehman.

    Il existe aussi toujours bien sûr des évolutions progressives (par exemple changement du modèle économique de la Chine, réindustrialisation des Etats-Unis et désindustrialisation de plusieurs pays de la zone euro…) qui sont très importantes, mais elles ne marquent pas de manière aussi brutale que les crises financières l’équilibre économique.
    Il est donc essentiel d’essayer de prévoir les crises financières et les anomalies de valorisation du risque qui les annoncent.
    Mais on sait que la prévision des crises est difficile :
    - il s’agit d’équilibres multiples, et la crise est un saut de l’économie sur un équilibre défavorable ; si la modélisation théorique des équilibres multiples est faisable (le plus souvent, anticipations autoréalisatrices) et répandue, leur modélisation empirique est complexe ; de plus, la multiplicité d’équilibres peut être liée simplement à la formation des anticipations et non à des grandeurs objectives de l’économie ;
    - la notion de « valeur fondamentale d’un actif financier » n’est pas claire ; il y a «équilibre avec taches solaires» : si les investisseurs croient qu’un actif financier dépend fondamentalement de certaines variables, le prix d’équilibre de l’actif va en réalité en dépendre (de leur niveau ou de leur variabilité) ;
    - les phénomènes de contagion des crises sont complexes ; certaines contagions sont dues à des causes objectives (liens commerciaux, financiers), mais d’autres viennent seulement des mouvements des anticipations.

  • Il faudrait reconstruire les fondements des politiques monétaires (28/10/2012) pour la conférence : Le rôle des banques centrales après la crise
    Le fondement présent des politiques monétaires de la grande majorité des Banques Centrales est la théorie de la crédibilité des Banques Centrales dans la lutte contre l’inflation. Elle a été développée au début des années 1980 après la grande poussée d’inflation liée aux deux chocs pétroliers de 1974 et de 1979.

    Mais maintenir la crédibilité anti-inflationniste est-il aujourd’hui le problème central des Banques Centrales ? Il nous semble qu’elles sont plutôt confrontées :
    - à des situations d’excès d’endettement ;
    - à des anomalies de valorisation des actifs financiers ; à des niveaux infondés, dans un sens ou dans l’autre, des primes de risque ;
    - à des équilibres déflationnistes, où le problème de la Banque Centrale devient de garantir crédiblement le retour d’une inflation suffisante, la crédibilité anti-inflationniste visuelle étant alors contre-productive.

    Il s’agit alors dans le Monde contemporain, d’assurer la stabilité financière, la valorisation correcte des actifs et l’absence de déflation que d’éviter l’inflation. Il faut sans doute reconstruire, à partir des problèmes contemporains, la théorie et les principes d’action des Banques Centrales, ainsi que les instruments de la politique monétaire.

  • Debonneuil (28/08/2012) pour la conférence : Produire autrement pour vivre mieux

    Texte de Michèle Debonneuil dans le cadre d'un document pour le Conseil Economique pour le Développement Durable.

    Voir le document



  • Quels outils de pilotage public et privé pour optimiser un management territorial stratégique de l’innovation à l’échelle de la région Rhône-Alpes ? (22/08/2012) pour la conférence : Regards croisés sur les pôles de compétitivité
    Cette communication proposée par Bénédicte Daudé est le fruit d’une recherche contractuelle commencée en janvier 2009 sur le thème «Pôles de compétitivité, grandes entreprises et PME quel partage des rôles ?» financée par la CDC, la région Rhônealpes dans le cadre du cluster de recherche 12 et le Grand Lyon

  • programme atelier (28/06/2012) pour la conférence : Atelier enseignant : Finance internationale et crises financières
    Presentation de l'atelier

  • programme atelier (28/06/2012) pour la conférence : Atelier enseignant : le fonctionnement des marchés
    Présentation de l'atelier

  • Guide pour la qualité des relations contractuelles clients-fournisseurs (08/11/2011) pour la conférence : La sous-traitance maltraitée en France

    Le présent guide illustre différents comportements abusifs ou mauvaises pratiques d’entreprises qui sont régulièrement constatés. Il rappelle succinctement les règles applicables.



  • Communiqué de presse (08/11/2011) pour la conférence : La sous-traitance maltraitée en France

    Jean-Claude VOLOT, Médiateur national des relations interentreprises, rend public son premier rapport d’activité et se félicite des avancées déjà obtenues afin de rétablir l’équilibre dans les relations clients-fournisseurs.



  • Numéro de la Revue de l'OFCE sous la direction d'Eloi Laurent consacré au développement (27/10/2011) pour la conférence : Rencontres de l'IDIES : Vers l’économie soutenable

    par Eloi Laurent

    "Comment relancer l’activité économique et l’emploi sans dégrader les conditions environnementales et consommer encore plus de ressources naturelles ? Peut-on concilier lutte contre les inégalités sociales et préoccupation écologique ? Où en sommes-nous de la conception et de la mise en œuvre des nouveaux indicateurs de bien-être, de progrès social et de soutenabilité, deux ans après la publication du Rapport Stiglitz-Sen-Fitoussi ? Voici des questions cruciales pour les prochaines échéances électorales.

    D’autres enjeux se font jour à plus ou moins brève échéance : quelle politique climatique française et européenne en prévision du sommet de Durban (novembre-décembre 2011) ? Sur quelles analyses s’appuyer pour comprendre les grands enjeux du prochain sommet de Rio+20 (juin 2012) – la gouvernance environnementale et l’économie verte ? Comment concilier les contraintes alimentaire et écologique ? Ce sont certaines des interrogations qui animent le premier ouvrage de la série Débats et politiques de la Revue de l’OFCE consacré au développement soutenable, contribution à 14 voix au débat écologique des campagnes présidentielle et législative qui s’annoncent, et bien au-delà.

    Cet ouvrage s’ouvre par une introduction qui s’efforce de définir la place de l’économie dans la science de la soutenabilité. Il peut ensuite se lire de deux manières. Les douze contributions qu’il contient s’organisent en trois parties (Gouvernance écologique et justice environnementale, Economie du climat, Economie de la soutenabilité) mais aussi selon trois axes correspondant aux trois contributions majeures de l’économie à la résolution des grandes crises écologiques contemporaines : l’économie comme science de la dynamique, l’économie comme science des incitations et de la répartition, l’économie comme science de la mesure de ce qui compte."

    Lire la suite de la présentation sur le blog de l'OFCE

     

    Le numéro se présente sous la forme d'un ouvrage collectif, en accès libre et téléchargeable, soit dans son intégralité au format PDF...

    http://www.ofce.sciences-po.fr/pdf/revue/120/revue-120.pdf



  • L’inexorable désintermédiation du financement des entreprises de la zone euro : est-on prêt à en assumer les conséquences ? (26/10/2011) pour la conférence : Les banques sont-elles bien régulées ?

    Les entreprises de la zone euro sont aujourd’hui essentiellement financées par le crédit bancaire, les entreprises américaines sont essentiellement financées sur les marchés.<
    Mais aujourd’hui, avec la hausse du coût de leurs ressources, avec les nouvelles règles prudentielles, le financement par crédit bancaire n’est plus compétitif. Si cette situation dure, il n’y aura pas d’autre solution que de désintermédier le financement des entreprises de la zone euro :
    - soit par des véhicules de titrisation, comme c’était le cas pour les crédits immobiliers avant la crise aux Etats-Unis ;
    - soit par le marché des obligations high-yield, comme aux Etats-Unis.
    Est-on prêt en Europe à accepter les conséquences du basculement vers ce modèle de financement désintermédié des entreprises ? Il faut se rendre compte de ce que, dans les récessions, le modèle de financement en obligations high-yield a des effets beaucoup plus défavorables aux entreprises que le modèle de financement bancaire : le marché se ferme, les spreads deviennent gigantesques ; en conséquence, les taux de défaut des entreprises se finançant en high-yield sont énormes dans les récessions aux Etats-Unis alors que les banques européennes ont des réactions beaucoup moins violentes. Le retour de la titrisation, enfin, devrait évidemment inquiéter les autorités européennes.

    Document proposé par Patrick Artus



  • Comment réindustrialiser ? Par l’environnement économique, par l’interventionnisme étatique ? (19/10/2011) pour la conférence : L’Europe en quête de politique industrielle

    Note Natixis Flash



  • Centre d'Analyse Stratégique (05/11/2010) pour la conférence : La gouvernance environnementale

    Document présentant le Centre d'Analyse stratégique qui a pour Directeur général Vincent Chriqui.
    Site Internet

    Documents récents :
    # Note d'analyse 194 - La France et l'Europe face à la crise économique - Volet 4 8 septembre 2010 :
    http://www.strategie.gouv.fr/article.php3?id_article=1239

    # Note d'analyse 193 - La France et l'Europe face à la crise - Volet 3 8 septembre 2010
    http://www.strategie.gouv.fr/article.php3?id_article=1238
    # Note d'analyse 192 - La France et l'Europe face à la crise économique - Volet 2 8 septembre 2010
    http://www.strategie.gouv.fr/article.php3?id_article=1237

    # Note d'analyse 191 - La France et l'Europe face à la crise économique - Volet 1 8 septembre 2010
    http://www.strategie.gouv.fr/article.php3?id_article=1236


    Documents sur la conférence

    A) Gouvernance climatique :
    RAPPORT "Les négociations sur le changement climatique : vers une nouvelle donne internationale ?"
    http://www.strategie.gouv.fr/article.php3?id_article=1081
    Notes d'analyse :
    Note de Veille n° 180 (Juin 2010) : La lutte contre la déforestation dans les « États fragiles » : une vision renouvelée de l’aide au développement
    http://www.strategie.gouv.fr/article.php3?id_article=1188

    Note de veille 175 (mai 2010) :
    La France doit-elle réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 30 % d’ici à 2020 ?
    http://www.strategie.gouv.fr/article.php3?id_article=1174
    Note de Veille n°162 (janvier 2010) -
    Analyse : Copenhague ou la nouvelle donne climatique internationale ?
    http://www.strategie.gouv.fr/article.php3?id_article=1100

    B) Gouvernance mondiale sur les cessions d'actifs agricoles Rapport :
    Les cessions d’actifs agricoles à des investisseurs étrangers dans les Pays en Développement
    http://www.strategie.gouv.fr/article.php3?id_article=1196
    Note de Veille n° 182 (juin 2010) :
    Pour des investissements agricoles responsables
    http://www.strategie.gouv.fr/article.php3?id_article=1198

    C) La France et l’Europe face à la crise économique
    Notes d'analyse :
    Volet 1. La soutenabilité des finances publiques dans la crise, une analyse internationale :
    http://www.strategie.gouv.fr/article.php3?id_article=1236
    Volet 2 : Les mécanismes financiers de diffusion de la crise de la dette souveraine
    http://www.strategie.gouv.fr/article.php3?id_article=1237
    Volet 3 : Quelles politiques budgétaires en Europe en sortie de crise ?
    http://www.strategie.gouv.fr/article.php3?id_article=1238
    Volet 4 : Coordination budgétaire européenne et règle d’équilibre interne
    http://www.strategie.gouv.fr/article.php3?id_article=1239

    D) Rapport sortie de crise :
    Rapport "Sortie de crise : vers l’émergence de nouveaux modèles de croissance ?"
    http://www.strategie.gouv.fr/article.php3?id_article=1064

    E) la valeur de la tonne-carbone :
    Rapport sur "La valeur tutélaire du carbone"
    http://www.strategie.gouv.fr/article.php3?id_article=830



  • Que faut-il changer à la gouvernance de la zone euro ? Quelques leçons de la crise des dettes souveraines (14/10/2010) pour la conférence : La gouvernance européenne
    Document proposé par Patrick Artus

  • La dynamique des dépenses de santé (17/11/2009) pour la conférence : Santé et vieillissement

    Diapositives présentées par Brigitte Dormont



  • Les libéralismes économiques et la crise (16/11/2009) pour la conférence : Les consensus en économie

    Document de travail de M. De Vroey, Discussion Paper 2009-20, IRES, Université catholique de Louvain.



  • France perspectives toujours instables (15/11/2009) pour la conférence : Comment sortir du dopage monétaire et budgétaire ? (sous l'égide de l'Assemblée Nationale)

    Note de conjoncture de HSBC Global Research proposée par Mathilde Lemoine



  • diapositives de Marion Navarro (15/11/2009) pour la conférence : La crise économique : une opportunité pour réformer la fiscalité ?

    Diapositives présentées lors de la conférence



  • Texte de l'Intervention de Marion Navarro (15/11/2009) pour la conférence : La crise économique : une opportunité pour réformer la fiscalité ?

    Texte proposé par Marion Navarro



  • L’article 55 de la loi SRU : un coup d’épée dans l’eau en région Paca ? (10/11/2009) pour la conférence : Le quota de 20% des HLM, un coup d'épée dans l'eau?

    Version longue du diaporama présenté par Alain Trannoy. Etude réalisée par Arnaud Bilek, Pierre-Henri Bono, Fanny Monmousseau et Alain Trannoy (IDEP)



  • Professeur d'univeristé, profession libérale d'Etat (10/11/2009) pour la conférence : Quels universitaires pour quel enseignement supérieur ?

    Deuxième partie : pour une réforme du statut des enseignants-chercheurs par Robert Gary-Bobo CREST et Ecole d’Economie de Paris et Alain Trannoy EHESS et GREQAM-IDEP, Marseille. 25 septembre 2009



  • Professeur d'univeristé, profession libérale d'Etat (10/11/2009) pour la conférence : Quels universitaires pour quel enseignement supérieur ?

    Première partie : analyse économique de la tenure par Robert Gary-Bobo (CREST et Ecole d’Economie de Paris) et Alain Trannoy EHESS et GREQAM-IDEP, Marseille. 13 juillet 2009



  • Manager par temps de crise (03/11/2009) pour la conférence : Rencontres IDIES : L’information économique dans l’entreprise en période de crise

    Alain Godard, ancien président d’Aventis CropScience, revient sur les spécificités du management en temps de crise et sur les conditions à mettre en oeuvre pour pouvoir rebondir après de telles périodes. Article publié dans Alternatives Economiques (Reproduit avec l'autorisation du magazine)



  • Du bon usage de l’Ordre dans le désordre de la finance (30/10/2009) pour la conférence : Ethique et Economie : ''au fait, quelle régulation?''

    Article publié pour la première fois par Elise Pellerin Analyste éthique & Marie Casimiro Assistante Gérant de Portefeuille, Ethiea Gestion, Paris dans le numéro 33 de la revue Finance et Bien Commun de l’Observatoire de la Finance. Cet article a recu le Prix Robin Cosgrove (ex-aequo)

    Liens associés :
    Le Prix Robin Cosgrove Ethique en Finance
    Observatoire de la finance



  • Marx et le travail : acte créateur et instrument d’aliénation (30/10/2009) pour la conférence : Rencontre autour de Marx

    Présentation du thème traité par François Vatin



  • Du bon usage de l’Ordre dans le désordre de la finance (résumé) (29/10/2009) pour la conférence : Ethique et Economie : ''au fait, quelle régulation?''

    Résumé qui reprend les grandes lignes de l’article "Du bon usage de l’Ordre dans le désordre de la finance" écrit par Marie Crépin et Elise Pellerin, qui a remporté a ex-aequo l’édition globale du prix Robin Cosgrove 2008-2009



  • Charte ALTERTEX (27/10/2009) pour la conférence : Débat environnement : le temps de l’action

    Le réseau de PME européennes engagées pour un textile éthique et solidaire, réseau représenté par Eric Boel



  • Les recommandations de la plateforme (27/10/2009) pour la conférence : La fin des paradis fiscaux?

    Document réalisé par un collectif d'associations: Membres : Les Amis de la Terre - Anticor - Attac France - CADTM France (Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers-Monde) – CCFD-Terre Solidaire - CRID (Centre de Recherche et d’Information sur le Développement) - Droit pour la justice - Oxfam France-Agir ici - Réseau Foi et Justice Afrique Europe - Secours catholique Caritas France - Sherpa – SNUI (Syndicat national unifié des impôts) - Syndicat de la Magistrature - Transparence International France.



  • Marx et les crises (26/10/2009) pour la conférence : Rencontre autour de Marx

    Diapositives de la conférence de Pierre Dockès. Contient également une bibliographie.



  • Des sociétés à irresponsabilité illimitée (22/10/2009) pour la conférence : La fin des paradis fiscaux?

    Rapport rédigé en 2009 par Oxfam France et le CCFD-Terre solidaire dans le cadre de la campagne “HOLD-UP INTERNATIONAL, pour que l’Europe régule ses multinationales”-



  • Rhône-Poulenc Agrochimie engrange les bénéfices de sa décentralisation (22/10/2009) pour la conférence : Rencontres IDIES : L’information économique dans l’entreprise en période de crise

    Article de Fréderic Lemaître publié dans Le Monde le 26/03/1998 qui présente la stratégie de Rhône-Poulenc Agrochimie alors dirigé par Alain Godard. (reproduit avec l'autorisation du journal Le Monde)



  • Alain Godard, PDG démissionnaire d'Aventis CropScience - : Je m'interroge sur les dangers de la seule logique financière dans la conduite des entreprises (22/10/2009) pour la conférence : Rencontres IDIES : L’information économique dans l’entreprise en période de crise

    Entretien publié dans le journal Le Monde le 11/07/2001 réalisé par Véronique Lorelle. Article reproduit avec l'autorisation du journal Le Monde



  • Preveco: la construction d'un indicateur régional avancé. (19/10/2009) pour la conférence : Café de la statistique : Un pronostic pour l’économie régionale ?
    Fiche de mars 2009, présentant les objectifs, la méthode et les premiers résultats de cet indicateur construit à l'initiative du Conseil Economique et Social Rhône-Alpes.

  • Indice avancé d'activitée du CESR Rhône-Alpes (19/10/2009) pour la conférence : Café de la statistique : Un pronostic pour l’économie régionale ?

    Présentation de l'indice de septembre 2009



  • C. Dwernicki : Renault Trucks & le Grenelle de l'environnement (29/01/2009) pour la conférence : Après le Grenelle de l'environnement
    Diapositives utilisées par Christophe Dwernicki, directeur des relations extérieures de Renault trucks. Qu'ont à dire les constructeurs d'automobiles sur la question environnementale? L'engagement environnement et la réduction des émissions de CO2 sont des priorités anciennes de l'entreprise Renault, qui retient trois objectifs du Grenelle : favoriser la production et la diffusion de nouvelles techniques, aider la recherche sur fonds privés, ne pas otraciser le transport routier.

  • Introduction de Françoise Crouïgneau (30/12/2008) pour la conférence : Le rôle des médias dans l’information économique
    Françoise Crouïgneau, présidente de l'Association des Journalistes Economiques et Financiers (Ajef), nous propose la trame de son introduction à la conférence sur le rôle des médias dans l'information économique. Elle met en évidence les différents enjeux du journalisme économique dans le contexte actuel, les Français s'estimant à la fois mal informés sur l'économie et véritables demandeurs de connaissance sur le sujet. 

  • texte de Jean-Paul Pollin: Réguler la liquidité bancaire (22/12/2008) pour la conférence : Les crises financières
    Jean-Paul Pollin souligne que la crise s'est propagée par la contraction de la liquidité sur les marchés monétaires et financiers. Il distingue deux types de risque de liquidité: celui présent dans l'intermédiation bancaire et celui présent dans l'intermédiation de marché, le premier étant plus facile à réguler. Il montre qu'une régulation des institutions reste très difficile et qu'il faut alors soit contrôler les innovations financières, soit segmenter les activités de marché et celles de la banque traditionnelle. La deuxième option semble la plus pertinente à Jean-Paul Pollin qui indique pourtant que ce n'est pas vers celle-là que se dirige la finance internationale.

  • texte d'Olivier Klein: Quelles réformes pour limiter l'instabilité financière? (21/12/2008) pour la conférence : Les crises financières
    Olivier Klein souligne la nécessité de mettre en oeuvre de nouvelles réformes pour limiter l'instabilité financière actuelle. Il dégage les causes endogènes et exogènes de cette instabilité et propose des pistes pour les résoudre. Il passe au crible différentes questions lourdes d'enjeu: celle des normes comptables et prudentielles, des agences de notations, mais aussi de la politique monétaire et de la supervision, de la titrisation et des déséquilibres macroéconomiques. 

  • Diapositives d'André Cartapanis: Comment répondre à la crise après le sommet du G20? (21/12/2008) pour la conférence : Les crises financières
    André Cartapanis s'interroge sur le projet de régulation financière internationale adopté lors du sommet du G20 le 15 novembre 2008. Il montre en quoi la feuille de route issue de ce sommet s'éloigne des options libérales définies dans la décennie précédente mais il met en doute sa capacité à vraiment fonder une nouvelle architecture internationale. Il dégage les lignes de force pertinentes du projet tout en montrant qu'il reste à repenser la gouvernance financière internationale. 

  • R. Guesnerie : Ecologie et Economie peuvent-elles faire bon ménage? (18/12/2008) pour la conférence : Finance et développement durable
    Diapositives utilisées par Roger Guesnerie, du Collège de France. R. Guesnerie concilie la réflexion à long terme de l'écologie et celle à plus court terme de l'économie, afin de construire les outils économiques des politiques climatiques.

  • CESR : 2025 : Visions pour Rhône-Alpes (18/12/2008) pour la conférence : Prospective économique et sociale sur un territoire (CESR)
    Diapositives utilisées par Bernard Pouyet et Tugrul Atamer. Le CESR propose la construction de 5 scénarios globaux de territoire et 5 scénarios de contexte, conjugués pour envisager tous les futurs possibles des régions. L'environnement international et le rôle des décideurs ont un poids considérable sur les évolutions envisagées, ce qui permet en dernier ressort d'identifier les leviers clefs, pour éviter les risques majeurs.

  • O. Godard : Asymétrie d'engagements internationaux et ajustement aux frontières : le marché européen de quotas de CO2 (18/12/2008) pour la conférence : Finance et développement durable
    Diapositives présentées par Olivier Godard, CNRS et Ecole Polytechnique. Après un bref historique de la mise en place du marché européen de quotas de CO2, O. Godard introduit le problème de l'ajustement aux frontières, dont la résolution sans concertation peut mener à l'impasse.

  • C. Raux : Le péage urbain : une solution? (18/12/2008) pour la conférence : Le péage en ville : une solution ?
    Diapositives utilisées lors de la conférence par Charles Raux, Laboratoire d'économie des Transports (Lyon). C. Raux s'appuie sur divers exemples pour montrer les bénéfices d'un péage en ville et introduire une réflexion sur son développement en France.

  • J.-L. Gaffard : Enseignement et recherche en économie : le défi (18/12/2008) pour la conférence : Les entretiens de l'AFSE (Comment innover dans la formation des économistes?)
    Diapositives utilisées lors de la conférence par Jean-Luc Gaffard, Université de Nice - Sophia Antipolis, IUF et OFCE. A partir du constat d'une dichotomie croissante entre enseignement et recherche en économie, J-L. Gaffard invite à réfléchir à la nature de la formation requise en la matière, revue en trois cycles complémentaires.

  • L. Baumstarck : La valeur tutélaire du carbone (18/12/2008) pour la conférence : Après le Grenelle de l'environnement
    Diapostives utilisées lors de la conférence par Luc Baumstarck, Université de Lyon, Centre d'Analyse Stratégique. Comment prendre en compte l'effet de serre dans des décisions stratégiques? Pour répondre à cette question, une commission d'experts a été mise en place au CAS. Après une revue de la littérature sur le sujet et un exercice de modélisation contradictoire, elle a introduit la notion de valeur tutélaire du carbone afin d'élaborer un référentiel crédible (compromis politico-économique).

  • Introduction à la conférence : Après le Grenelle de l'Environnement. (18/12/2008) pour la conférence : Après le Grenelle de l'environnement
    Quels principes d'action et d'expertise pour réduire l'incertitude? Une citation du discours de clôture du président de la République introduit les principes mis en exergue dans le Grenelle de l'environnement.

  • Document du café de la stat: le pouvoir d'achat (17/12/2008) pour la conférence : Le café de la stat
    Le café de la statistique a pour vocation de montrer en quoi la statistique permet d'éclairer une question économique qui est aujourd'hui au coeur du débat public: celle du pouvoir d'achat. Ce document tente de proposer une définition du pouvoir d'achat et enrichit la question avec des données statistiques, qui permettent notamment d'observer l'évolution temporelle du pouvoir d'achat. 

  • C. Gollier : Changement climatique : de la connaissance à l'action (14/12/2008) pour la conférence : Après le Grenelle de l'environnement
    Diapositives utilisées par Christian Gollier, Ecole d'économie de Toulouse. La notion de changement climatique est exigeante en terme d'hypothèses et de conceptualisation. Une fois posées les bases, il est essentiel de s'interroger sur les actions à mener, articulées autour d'une problématique intertemporelle : comment maximiser les bénéfices futurs de nos sacrifices actuels? C. Gollier propose des pistes, en dénonçant notamment l'impératif de coordination.

  • P.-Y. Geoffard : L'économie du reste à charge. (14/12/2008) pour la conférence : La santé à quel prix ?
    Diapositives utilisées par Pierre-Yves Geoffard, Ecole d'Economie de Paris et EHESS. P.-Y. Geoffard présente une structure du financement des soins de santé, et étudie l'impact d'une variation du "reste à charge" -dépenses prises en charge par les ménages- sur les dépenses de santé. Ses résultats lui permettent d'esquisser des propositions de réforme du ticket modérateur.

  • M-O. Carrère : Ethique des choix publics dans le domaine de la santé (14/12/2008) pour la conférence : La santé à quel prix ?
    Diapositives présentées par Marie-Odile Carrère, laboratoire Gate (Lyon). M-O. Carrère s'interroge sur la manière d'allouer des ressources aux soins de santé et présente la réponse du National Institute for Health and Clinical Excellence, articulée autour de trois principes. Une éthique fondée sur la question suivante : les ressources employées n'auraient-elles pas pu être utilisées autrement?

  • L. Rochaix : L'évaluation économique de la santé (14/12/2008) pour la conférence : La santé à quel prix ?
    Diapositives utilisées par Lise Rochaix, membre du Collège de la HAS et université de la Méditerranée. L'évaluation économique permet d'articuler efficacité médicale et coût, face à des problèmatiques telles que le coût de certains médicaments, la montée des inégalités sociales de santé ou l'apparition de nouveaux besoins. Lise Rochaix présente ici la loi de financement de la Sécurité Sociale et ses conséquences sur le rôle de l'HAS.

  • C. Fazekas : Présentation de Finances & Pédagogie (14/12/2008) pour la conférence : L’éducation financière à l’Ecole
    Diapositives utilisées par Chantal Fazekas, Directeur de Finances et Prédagogie. L'apprentissage de l'argent est un projet éducatif essentiel, nécessitant une réflexion européenne et une dynamique collective, que soutient Finances & Padagogie.

  • P. Micoleau-Marcel : L'éducation financière pour tous (14/12/2008) pour la conférence : L’éducation financière à l’Ecole
    Diapositives utilisées par P. Micoleau-Marcel pour présenter l'Insitut pour l'éducation financière du public. Trois volets composent l'action de l'Institut : l'éducation des consommateurs, la formation en entreprise, la pénétration du monde de l'éducation nationale.

  • B. Marx : Education financière, les expériences étrangères (14/12/2008) pour la conférence : L’éducation financière à l’Ecole
    Bernard Marx, de l'Institut pour l'éucation financière du public, propose un panorama des expériences étrangères d'éducation financière à l'école, soulignant ainsi les défis à relever dans ce domaine en France. Diapositives utilisées lors de la présentation.

  • Croissance, développement et colonisation, l'apport des économistes (14/12/2008) pour la conférence : Colonialisme / colonisation, regards croisés historiens - économistes
    Abdallah Zouache, de l'Université Jean Monnet, dresse un état de la recherche sur la question controversée des liens entre la persistance du sous-développement en Afrique et au Moyen-Orient et le passé colonial de ces régions. Outre le degré de diversité ethnique des pays, leur structure institutionnelle est déterminant pour leur développement, des institutions plus flexibles permettant une expansion plus rapide. Reste à définir correctement ces institutions, en évitant l'écueil ethnocentriste.

  • Diapositives de Jean-Michel Charpin: l'avenir des retraites en France (13/12/2008) pour la conférence : Quel avenir pour les retraites?
    Jean-Michel Charpin explique pourquoi le choix du recul de l'âge de cessation d'activité pour équilibrer le système de retraite français est principalement retenu depuis la réforme de 1999. Il montre néanmoins que l'augmentation du taux d'activité des seniors pose encore un certain nombre de problèmes. Il souligne l'existence de deux questions majeures: la validité du système de redistribution et les enjeux du pilotage des réformes.

  • Texte de Henri Sterdyniak: l'avenir des retraites en France (13/12/2008) pour la conférence : Quel avenir pour les retraites?
    Henri Sterdyniak montre la nécessité de prendre au sérieux le déséquilibre attendu du système de retraites français et interroge les insuffisances des réformes de 2003 et 2008. Il identifie un certain nombre de priorités, notamment celle de favoriser l'emploi des seniors tout en tenant compte de la pénibilité du travail. Encourager la capitalisation ne lui semble en revanche pas être une solution au problème français. Il souligne également l'influence du taux d'emploi sur la question en élaborant trois scénarios différents pour l'avenir des retraites en France.

  • diapositives d'Andrew Clark: le bonheur est relatif (13/12/2008) pour la conférence : Le Bonheur (Economie et vie quotidienne)
    Andrew Clark déduit d'études empiriques un certain nombre de résultats sur les fondements du bonheur dans les pays de l'OCDE. Il montre notamment que l'argent ne suffit pas et que les autres facteurs (situation professionnelle et familiale, activités sociales, régime politique, santé et religion) jouent pour une bonne part relativement au passé de l'individu et aux comparaisons sociales. 

  • La concurrence fiscale en Suisse (13/12/2008) pour la conférence : France - Suisse : Quel est l'Eldorado fiscal ?
    Bernard Dafflon présente le régime fiscal suisse en s'appuyant sur des données et des exemples chiffrés. Les différents taux d'imposition évoqués sont dans tous les cas plus bas qu'en France. Bernard Dafflon montre que la concurrence fiscale suisse (le fait que les multiplicateurs d'impôt varient selon le canton et la commune) entraîne une baisse de l'impôt moyen aussi bien pour les entreprises que pour les salariés.

  • Diapositives de Philippe Bouyoux: augmentation de la concurrence dans le commerce de détail (12/12/2008) pour la conférence : Peut-on dépasser la croissance potentielle?
    Philippe Bouyoux présente les effets sur la croissance française d'une augmentation de la concurrence dans le secteur du commerce de détail, prévue par la loi de modernisation de l'économie. Selon lui, grâce aux interactions entre ce secteur et le reste de l'économie, les réformes du commerce de détail devraient créer 140 000 emplois et entraîner une hausse du PIB à long terme de près de 1%. 

  • Diapositives de Gilbert Cette: Dynamiser la croissance française (12/12/2008) pour la conférence : Peut-on dépasser la croissance potentielle?
    Gilbert Cette croise perspective historique et projection à l'horizon 2025 pour tenter de dégager les facteurs permettant de réduire l'écart du PIB français par habitant vis-à-vis des États-Unis. En particulier, il identifie comme moyens de rattrapage une mobilisation plus forte de la population en âge de travailler et une amélioration des gains de productivité. Cette dernière peut notamment être obtenue par une meilleure diffusion des TIC et une amélioration des relations de travail.

  • Diapositives : Variables coloniales dans l'économie internationale (11/12/2008) pour la conférence : Colonialisme / colonisation, regards croisés historiens - économistes
    Présentation Power Point de David Cobham, Heriot-Watt University, Edinburgh. Plusieurs variables coloniales permettent de mieux comprendre la structure actuelle du commerce des pays en développement, de comprendre le poids de l'histoire coloniale dans le commerce. Parmi elles, les régimes de change ont un poids considérable sur le commerce, plus généralement sur certains caractères institutionnels d'un pays, et sont le plus souvent expliqués par le régime colonial qu'a subi celui-ci. Anciennes ou néocolonies ont-elles alors intérêt à garder des liens avec le pouvoir colonial?

  • Diapositives: les crises de 1866 et 1873 (11/12/2008) pour la conférence : Histoire des crises financières
    Richard Arena et Dominique Torre dressent un panorama historique des manifestations et des causes des crises financières de 1866 et 1873. Ils montrent que ces causes ont été inhérentes au système monétaire de l'époque et à l'introduction du principe de responsabilité limitée, et ils expliquent comment s'est propagée la crise. Ils concluent en comparant ces deux crises à la crise actuelle.

  • Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? (10/12/2008) pour la conférence : Histoire des crises financières
    André Cartapanis présente les différentes étapes de la crise financière internationale de 2007-2008 en insistant sur sa double origine: l'apparition de nouveaux produits financiers très risqués, et l'existence de déséquilibres macroéconomiques qui ont conduit à un excès de liquidité mondiale. Il la situe dans l'histoire des crises financières en montrant en quoi elle est à la fois une crise classique du système et une crise singulière par son ampleur. 

  • Une tribune de Martin Vial (03/12/2008) pour la conférence : Innovation et société du 21ème siècle
    Un nouveau modèle économique des services à la personne, tribune publiée dans Le Figaro le 2/09/2008

  • Document de Patrick Artus (03/12/2008) pour la conférence : Les crises financières
    Diapositives utilisées lors de sa présentation.

  • Les leviers de la croissance (19/11/2008) pour la conférence : Modernisation et réforme: qu'en attendre?
    Analyses Economiques, lettre du CAE sur le rapport de Philippe Aghion, Gilbert Cette, Élie Cohen et Jean Pisani-Ferry de novembre 2007

  • Les leviers de la croissance (19/11/2008) pour la conférence : Peut-on dépasser la croissance potentielle?
    Analyses Economiques, lettre du CAE sur le rapport de Philippe Aghion, Gilbert Cette, Élie Cohen et Jean Pisani-Ferry de novembre 2007

  • Texte d'André Orlean (2) (18/11/2008) pour la conférence : Rencontre autour de Keynes
    «La notion de valeur fondamentale est-elle indispensable à la théorie financière ?
    L’apport de l’approche keynésienne»

  • Keynes (18/11/2008) pour la conférence : Rencontre autour de Keynes
    Une notice bibliographique proposée par Marion Gaspard

  • Texte d'André Orlean (1) (18/11/2008) pour la conférence : Rencontre autour de Keynes
    L'auto-référence dans la théorie keynésienne de la spéculation

  • Texte proposé par Olivier Godard (16/11/2008) pour la conférence : Finance et développement durable
    L’engagement unilatéral de l’Europe sur le climat et la question de l’ajustement aux frontières

  • Présentation du Livre de Martin Vial (15/11/2008) pour la conférence : Innovation et société du 21ème siècle
    Introduction
    Care Revolution va au-delà de la révolution des services à la personne, car elle caractérise aussi une évolution qualitative de la demande des consommateurs qui veulent de plus en plus être pris en charge de façon personnalisée pour résoudre leurs problèmes dans la vie quotidienne comme dans les événements exceptionnels. En ce sens, Care Revolution englobe celle des services à la personne avec cette mutation de la demande où la relation personnalisée reprend le premier plan.
    Le site du livre

  • Présentation du Groupe Europ Assistance (15/11/2008) pour la conférence : Innovation et société du 21ème siècle
    Document de présentation des métiers et secteurs d'intervention du Groupe Europ Assistance

  • La crise financière : causes microéconomique ou causes macroéconomiques (10/11/2008) pour la conférence : Les crises financières
    Texte de présentation de l'intervention de Patrick Artus (Natixis)

  • Dix questions sur la crise (10/11/2008) pour la conférence : Les crises financières
    Document proposé par Michel Aglietta

Autres documents



contact

Journées de l’Economie
Fondation pour l’Université de Lyon
35 rue de Marseille
69007 Lyon
Email : jeco@fpul-lyon.org

diffuser

Partagez le site JÉCO sur vos réseaux sociaux

Poster sur Twitter Poster sur Facebook Poster sur LinkedIn