Blog des intervenants des Jéco

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Michel Aglietta

Fil des billets

jeudi 15 novembre 2018

Comment penser l’exigence d’un développement inclusif et soutenable ?

Michel Aglietta, Professeur émérite d’économie (Université Paris-Nanterre), conseiller scientifique au CEPII et à France Stratégie

x-default
Michel Aglietta

Les Jecos de Lyon, version 2018, ont proposé à la réflexion collective le thème suivant : que sait-on de notre avenir ? Concomitamment, le rapport 2018 du GIEC a mis en évidence le dépassement des limites planétaires comme facteur de crise majeure du 21° siècle, tant sociale qu’écologique. L’accumulation capitaliste est la cause historique essentielle de cette dynamique divergente. Transformer le régime de croissance est donc devenu une nécessité vitale. Cette réflexion est abordée dans un rapport récent [«Transformer le régime de croissance», sous la direction de Michel Aglietta, rapport pour l’Institut CDC pour la Recherche, octobre 2018].

Il ressort de l’analyse historique approfondie que cette dynamique est régie par des cycles financiers de longue période qui influencent les conditions de production et l’ensemble des structures sociales. Depuis l’essor de la financiarisation au début des années 1980, le mode de régulation a changé avec l’adoption du principe de la valeur actionnariale. Certaines caractéristiques de la «Belle Epoque», ont réapparu : la montée des inégalités sociales, la concentration du pouvoir et de la richesse des classes dirigeantes, la multiplication des rivalités géopolitiques, le déclin relatif de la puissance hégémonique. Mais notre époque st aussi celle de l’accélération des déséquilibres socio-écologiques qui met en relation le franchissement des limites planétaires et l’accumulation des vulnérabilités financières.

C’est le temps des ruptures et des incertitudes au point de jonction de l’analyse historique et de la visée prospective. Le lien prétendument organique entre le développement capitaliste et la démocratie libérale est brisé par le surgissement de la puissance chinoise. Les limites écologiques franchies et les inégalités sociales de moins en moins supportées amorcent l’ébranlement du capitalisme financiarisé. A l’étouffement de la destruction créatrice par la monopolisation du capital s’oppose le retour en grâce des Communs comme formes de préservation de la nature et de protection des habitats humains.

Lire la suite...

lundi 31 octobre 2016

L’énigme de la monnaie internationale

Par Michel Aglietta (Professeur émérite d’économie, conseiller scientifique au CEPII et à France Stratégie)

x-default

On croit savoir ce qu’est la monnaie internationale, mais on ne la rencontre jamais. On ne peut utiliser que des monnaies nationales dans les échanges internationaux. En effet, toute monnaie est investie d’une souveraineté. Au niveau national la monnaie est unifiée par la souveraineté déléguée à la banque centrale par le souverain politique. Cette délégation légitime la forme supérieure de liquidité dans cet espace. La seule exception est l’euro qui est institué par un traité international en tant que monnaie unique dans l’espace des pays qui l’ont approuvé. Ce statut est vraiment unique, puisque la Banque centrale Européenne est une puissance publique qui ne réfère à aucun souverain politique.

Lire la suite...

Propulsé par Dotclear