Gregory Verdugo, Maître de conférences à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et chercheur au Centre d’Économie de la Sorbonne

1592.jpg
 

« L’époque est favorable aux plus diplômés qui jouissent d’une économie de plus en plus gourmande en talents et compétences. »

Le long des trois dernières décennies, le travail a pris un nouveau tournant. Si l’après Seconde Guerre mondiale avait vu les inégalités de salaire reculer, depuis les années 1980, les écarts se creusent continument. Les écarts de salaire augmentent tout le long de la distribution, à la fois entre les bas et moyens ou entre les moyens et hauts salaires. Dans d’autres pays comme la France, si les inégalités de salaires restent stables, c’est le risque de chômage et de précarisation qui frappe toujours plus les moins qualifiés.