Blog des intervenants des Jéco

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 9 novembre 2016

Les leviers économiques de la préservation de la biodiversité

Laurent Piermont, Président de CDC Biodiversité

571.jpg

Lorsque la question de la biodiversité est évoquée, l’une des premières réactions du monde économique consiste à associer cette notion complexe aux aires protégées ou aux espèces remarquables. Cette vision fait abstraction des liens d’interdépendance qui existent entre la biodiversité d’un côté, « tissu vivant de la planète » à la base du fonctionnement des écosystèmes, et l’économie, de manière générale. En effet, le bien-être, au sens économique du terme, est fortement corrélé au fonctionnement des écosystèmes à travers les services écosystémiques dont les activités économiques dépendent et qu’elles impactent. Ainsi, si l’érosion de la biodiversité est source de coûts non pris en compte dans la prise de décision privée ou publique, sa restauration peut, par corollaire, être à la base de bénéfices et d’opportunités pour les acteurs, et pour l’économie dans son ensemble.

Lire la suite...

Les taux d'intérêt bas ne sont pas une fatalité

Par Benoît Cœuré, Membre du directoire de la Banque centrale européenne, tribune publiée dans Les Échos

x-default

Après presque une décennie de crise, la croissance est de retour dans la zone euro. Le PIB en volume a dépassé son niveau de 2008 et le taux de chômage diminue régulièrement. Ce rebond est bienvenu et la politique monétaire y a fortement contribué. Mais la reprise est trop poussive pour que l'on puisse s'en réjouir. Et certains s'inquiètent des conséquences des taux d'intérêt bas pour la stabilité financière et la rentabilité du secteur financier.

Lire la suite...

La vie sans l’euro

Par Agnès Bénassy-Quéré, Ecole d’Economie de Paris, Université Paris 1.

216.jpg

Dans son ouvrage récent L’euro, comment la monnaie unique menace l’avenir de l’Europe (Les Liens qui Libèrent, 462 p.) le Prix Nobel américain Joseph Stiglitz pointe les malfaçons de la zone euro et propose de mettre fin à l’aventure, temporairement ou définitivement. Examinons ce que signifierait concrètement, pour la France, d’abandonner l’euro.

Lire la suite...

lundi 7 novembre 2016

La baisse des cotisations peut-elle relancer les exportations françaises ?

Par Sarah Guillou, Directrice adjointe à l’OFCE 

1384.jpg

La baisse des cotisations vise à diminuer le coût du travail afin de satisfaire deux objectifs : d’une part inciter à l’embauche, d’autre part améliorer la compétitivité-coût des entreprises vis-à-vis de partenaires étrangers qui aurait des coûts plus faibles toutes choses égales par ailleurs. Concernant la compétitivité, le raisonnement repose sur la comparaison internationale des coûts du travail qui montre que la part des cotisations sociales dans le niveau du coût du travail en France est plus forte qu’elle ne l’est pour ses principaux partenaires commerciaux.

Lire la suite...

dimanche 6 novembre 2016

Les modes de scrutin fabriquent-ils les résultats ?

Par Antoinette Baujard, Directrice adjointe du GATE L-SE et Maître de conférence, Université Jean Monnet

1363.jpg

«Gouverner c’est choisir», mais comment choisissons-nous nos gouvernants ? Les débats politiques ne portent pas seulement sur les questions de fond ou sur les candidats, mais aussi sur les modes de scrutin, déjà source de certaines frustrations des électeurs. Si le mode de scrutin en vigueur était différent, les problèmes de représentativité seraient-ils résolus ? Serions-nous plus enclins et plus heureux d’aller voter ? Les résultats seraient-ils différents ?
Cette conférence invite à imaginer des méthodes de vote alternatives et compare leurs effets.

Lire la suite...

Réussir la réforme des Régions : quelques éléments de débat

Par Olivier Bouba-Olga, Doyen de la Faculté de Sciences Economiques, Université de Poitiers

187.jpg

Mercredi 9 novembre 2016, j’interviendrai aux Journées de l’Économie organisées à Lyon dans le cadre d’une table ronde intitulée «Réussir la réforme des Régions». Voici quelques idées en vrac que j’aimerais défendre.

Lire la suite...

Quel avenir pour l’Union européenne ?

Par François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France

1189.jpg

A l’heure où la question des inégalités et des laissés-pour-compte de la mondialisation monte dans les pays anglo-saxons, l’Union européenne ne doit pas renoncer au modèle social qui fait son identité ; mais pour le conserver, elle doit l’adapter, et amplifier la croissance et l'emploi. La réponse est double : davantage de réformes au niveau national, notamment en France ; et une meilleure coordination entre les États membres, pour avancer concrètement vers une véritable Union économique européenne. ‎

Lire la suite...

Quelle place faut-il laisser aux plateformes Internet ?

Par Jacques Cremer, Co-directeur de la Chaire Jean-Jacques Laffont pour l’économie numérique (Toulouse School of Economics)

1242.jpg

Les plateformes Internet ne remplissent que des fonctions que d’autres plateformes remplissaient depuis des siècles. Mais elles les remplissent de façon tellement efficace et à une telle échelle qu’elles ouvrent des potentialités extraordinaires dont il nous faut tirer parti et qu’elles présentent des dangers nouveaux qu’il nous faut écarter.

Lire la suite...

Le Plan Juncker : dernière chance pour la croissance européenne ?

Par Marc-Olivier Strauss-Kahn, Directeur général, Études et International, Banque de France

1009.jpg

Ce Plan est surtout une belle opportunité, désormais doublée en durée (6 ans) et en montant (630 Mds €). Pour assurer une croissance durable et multiplier son impact en mobilisant l’épargne disponible, il faut l’accompagner de réformes structurelles, dans divers pays, et institutionnelles, au niveau de la zone euro, ce qui motivera au besoin les pays appropriés à le compléter par un soutien budgétaire national.

Lire la suite...

Le monde est devenu différent

Par Patrick Artus, Chef économiste, Membre du comité exécutif de Natixis

7.jpg

Nous nous demandons en quoi le Monde est devenu structurellement différent dans la période récente, et ce que sont les contraintes nouvelles induites pour les politiques économiques :
* le Monde devient de plus en plus une économie de services ; ceci réduit la croissance, le commerce mondial et concentre l’industrie dans un petit nombre de localisations, et accroît fortement la concurrence par les coûts, par les règlementations entre les pays ;

* avec le freinage des gains de productivité, et le vieillissement démographique la croissance devient structurellement faible dans beaucoup de pays (OCDE, Chine, Amérique Latine…) ; dans ces pays, la croissance faible pose la question du financement de la protection sociale ; le nombre de régions potentiellement moteurs de la croissance mondiale devient faible (Afrique, Asie du Sud) ;

* l’avantage de compétitivité-coût des émergents disparaît progressivement, ce qui conduit à l’arrêt de la segmentation des chaînes de valeur, à la « démondialisation », « déglobalisation », et fait apparaître une concurrence nouvelle plus forte entre les pays de l’OCDE ;

* les ajustements des balances des paiements et les mouvements de taux de change sont dominés par les flux internationaux de capitaux, et plus par les situations des balances courantes ; ceci accroît l’instabilité financière, le coût de l’absence de coordination des politiques monétaires, le coût des politiques monétaires ultra-expansionnistes ;

* la bipolarisation des marchés du travail entre emplois qualifiés à revenus élevés et emplois peu qualifiés, peu protégés et à revenus faibles se généralise et s’amplifie dans les pays de l’OCDE avec la migration de la classe moyenne vers les émergents, il en résulte l’ouverture des inégalités, la « disparition » et la frustration de la classe moyenne, une tension sociale et politique forte ;

* la modification de la nature du capitalisme, avec l’expansion d’une part des grandes entreprises des Nouvelles Technologies, qui n’ont pas de localisation géographique claire, d’autre part du capitalisme chinois qui s’internationalise ;

* la prise en compte rapide et assez brutale des objectifs climatiques, d’où une forte pression sociale pour réduire les émissions de CO2 et une orientation nouvelle des investissements dans l’énergie, et peut-être à terme un bouleversement des organisations énergétiques des sociétés, avec la mise au rebut d’un capital considérable.

Lire la suite...

Comment taxer et dépenser localement au XXI ième siècle ?

Par Sylvie Charlot, Professeure Université Lumière Lyon 2, Laboratoire GATE – UMR CNRS 5824.

644.jpg

Les collectivités locales des villes et de leur périphérie ont dû faire face, ces dernières décennies, à d’importantes évolutions tant dans leur organisation, que dans leurs compétences et leurs sources de financement. Même s’il est trop tôt pour faire le bilan des réformes fiscales et de la réorganisation des compétences, pour certaines inachevées, et du processus de coopération intercommunale, on peut en étayer les motivations, les enjeux et les risques, au regard de l’économie publique locale.

Lire la suite...

Refonder les organisations du travail : un impératif pour la compétitivité et le bien-être des salariés

Par Émilie Bourdu, Chef de projet à La Fabrique de l’industrie

1319.jpg

L’innovation organisationnelle permet aux entreprises de réaliser des gains de productivité : le taylorisme, le fordisme ou le toyotisme en sont des exemples historiques. Aujourd’hui, il est parfois question de « libérer l’entreprise ». Or, selon une étude récente de La Fabrique de l’industrie, l’Aract Ile-de-France et Terra Nova (2016), c’est plutôt le travail qu’il faut libérer, en donnant aux collaborateurs les moyens de faire du bon travail dans de bonnes conditions. L’engagement et la santé de ces derniers en dépendent et la compétitivité de nos entreprises aussi. Voici quelques pistes pour passer à l’action.

Lire la suite...

En dépit des aides publiques et de la PAC, l’élevage français perd pieds face à ses concurrents européens *

Par Pierre André Buigues, professeur à Toulouse Business School, Université de Toulouse, ancien Conseiller économique Commission Européenne

1369.jpg

En dépit des aides publiques importantes dont bénéficie la filière viande française, celle-ci perd pieds face aux autres pays européens de la PAC qui sont aussi pour la plupart sont dans l’euro. C’est le marché européen qui explique l’essentiel de la dégradation des positions françaises, pas la mondialisation, le coupable habituel. En 10 ans entre 2002 et 2012, la part de marché mondiale de la filière viande française est passée de 8% en 2002 à 5% en 2012, 3 points de moins alors que l’Allemagne gagnait des parts de marché. Sur une même période de 10 ans la France a vu sa part de marché dans l’aéronautique mondiale augmenter de 8 points. Quelle est l’ampleur de ce déclin ? Les principales raisons ? Et les perspectives de moyen terme pour l’élevage français ?

Lire la suite...

samedi 5 novembre 2016

Y-a-t-il un coût social à la compétitivité allemande et quelles leçons pour la France ?

Par Olivier Bargain (IDEP, Université d’Aix-Marseille), Hilmar Schneider (IZA, Bonn), Alain Trannoy (IDEP, EHESS et Aix-Marseille School of Economics)

 

Olivier Bargain
Olivier Bargain

L’Allemagne a entrepris au cours des années 2000 des réformes importantes et en particulier de son marché du travail. Le regain de compétitivité de l’économie allemande suite à ces réformes et le rebond rapide après la crise de 2008-2009 sont frappants. En revanche, le bilan sur le plan de la pauvreté et des inégalités reste à faire. Cette table ronde posera donc le débat en ces termes : dans quelle mesure l’Allemagne a-t-elle sacrifié la solidarité et la redistribution sur l’autel de la compétitivité ? La société allemande est-elle devenue plus inégalitaire que la société française, alors qu’elle l’était plutôt moins auparavant ? Dans ces questions, quel a été le rôle des transformations du marché du travail et des réformes de l’emploi, des aides sociales et de la taxation?

 

Lire la suite...

Regard statistique sur les enjeux de la réforme territoriale

Par Sylvie Marchand, Chef du département de l'Action régionale de l'Insee

1378.jpg

La réforme territoriale (RT) a pour ambition de conforter le rayonnement et la place internationale des régions françaises. Parmi les objectifs visés : permettre aux collectivités locales d'être toujours plus efficaces tout en générant des économies budgétaires. Le regroupement des régions ne s'est pourtant pas accompagné d'une disparition des départements. A l'échelon communal, le dispositif des communes nouvelles a fait passer leur nombre en dessous de 36000 et les structures intercommunales ont été renforcées. Avec la RT, sept régions métropolitaines sont plus vastes et plus peuplées, et les compétences des régions se sont accrues. Les régions métropolitaines comptent 4,9 millions d'habitants en moyenne, contre 2,9 millions avant la réforme. La fusion a mécaniquement réduit les écarts existants de croissance économique, de dynamique de la population ou de niveau de revenus. Néanmoins, les différences entre territoires, au sein des régions, restent fortes. Le chômage et les situations de pauvreté touchent plutôt les cœurs des grandes villes et les territoires très éloignés des pôles d'emploi. L'enjeu de la cohésion sociale et territoriale en est renforcé.

Lire la suite...

Robotisation, numérique : quel est l’avenir du travail dans l’industrie ?

Par Louisa Toubal, Chef de projet La Fabrique de l'industrie

761.jpg

L’impact de la robotisation sur l’emploi alimente de nombreux débats. Cette question est légitime mais elle ne doit pas donner lieu à des craintes exagérées. Surtout, elle tend à éclipser les réflexions autour de l’évolution de la nature du travail, tout aussi importantes. L’introduction de nouvelles technologies et la diffusion très large des outils numériques demandent, en effet, une réorganisation du travail, de nouvelles compétences, de nouveaux métiers et donc une élévation des qualifications. Il en découle de nouvelles attentes à l’égard du système de formation.

Lire la suite...

Le renouveau nucléaire, aéronautique et spatial après la Seconde Guerre mondiale

Par Claude Carlier, Ancien professeur d'histoire contemporaine à la Sorbonne

1436.jpg

Comment la France a-t-elle pu, en vingt-cinq ans, sortant du désastre de la guerre, devenir la troisième puissance nucléaire et aérospatiale au monde ?

Trois révolutions stratégiques marquent le second conflit mondial.
- Le moteur à réaction qui affranchit des contraintes de l’hélice en permettant d’aller plus vite et plus haut.
- Le missile balistique qui affranchit des notions de temps, de distance, de lieu, de climat et ouvre les portes de l’espace.
- La bombe atomique dont la puissance instantanée en fait une arme absolue.

En 1945, la France n’est présente dans aucun de ces trois domaines.

Lire la suite...

vendredi 4 novembre 2016

L’industrie racontée à mes ados … qui s’en fichent

Par Christel Bories, Dirigeante d’entreprise

809.jpg

De l’internet des objets à l’impression 3D, en passant par l’intelligence artificielle et la transition énergétique, l’industrie du futur est en marche. Pourtant, les idées reçues persistent et nombreux sont ceux qui conservent de l’industrie une image dépassée, souvent proche de la caricature. Industrielle, citoyenne et mère, j’ai voulu démonter les clichés les plus répandus et témoigner, avec humour, sur la réalité de l’industrie d’aujourd’hui, sans en occulter les difficultés.

Lire la suite...

Le Groupe SEB : pionnier en matière de réparabilité, à l’opposé de l’obsolescence programmée

Par Alain Pautrot, Vice président Satisfaction Consommateurs du Groupe Seb

A_Pautrot_VP_Consumer_Satisfaction_5.jpg

«Réparer plutôt que jeter» : tel est le leitmotiv qui guide la politique de réparabilité très innovante du Groupe SEB, leader mondial du petit équipement domestique et pionnier dans ce domaine. Parce que ce geste se révèle à la fois bénéfique pour le consommateur (intérêt économique) et pour l’environnement (réduction des ressources consommées et des déchets), il n’a pas attendu le vote de la loi contre l'obsolescence en 2015 pour œuvrer en faveur de l’allongement de la durée d’usage de ses produits. Après une phase de test effectuée sur 2 marques, le spécialiste français du petit électroménager a annoncé en septembre l’extension de sa politique de réparabilité à l’ensemble de ses marques et dans tous les pays : Seb®, Rowenta®, Moulinex®, Calor®, Krups® ou encore Tefal® (pour l’électroménager et les autocuiseurs).

Lire la suite...

Existe-t-il-une créativité française spécifique ?

Par Pierre Bezbakh, Maître de Conférences en Sciences économiques à l’Université Paris Dauphine

72.jpg

A toutes les époques de son Histoire, la France a été une terre de création dans tous les domaines de la vie sociale : celui des arts, de la littérature, de la pensée, de la politique, des sciences, des manifestations sportives, mais aussi celui de l’économie, en particulier depuis la 2eme révolution industrielle de la fin du XIXe siècle.

Sur ce dernier plan, les Français ont été pionniers ou ont participé à la découverte ou à la mise au point des « produits » qui bouleverseront le mode de vie des populations du monde entier et sur lesquels reposera l’industrialisation du XXe siècle : le téléphone, la photographie, le cinéma, la bicyclette, le pneumatique, l’automobile, l’aviation, la vaccination, la radio activité… Puis la France fit partie et fait toujours partie du groupe des pays les plus en pointe dans les domaines de l’aéronautique, de la production d’énergie nucléaire, des transports ferroviaires, des sciences physiques, de la médecine…

Lire la suite...

- page 1 de 2

Propulsé par Dotclear