"Payer plus pour consommer moins", c'est l'une des hypothèses formulées par Stéphane Robin. Ce chargé de recherche CNRS au GATE (groupe d'analyse et de théorie économique) de l'université de Lyon 2 constate qu'augmenter "de 1% le prix de l'électricité fait baisser la consommation des ménages de 1%". Mais utiliser un tel levier financier produit un "impact inégalitaire sur la société envers les ménages à faible revenus" développe Stéphane Robin.

En effet, les dépenses énergétiques, notamment pour le logement, pèsent plus dans le budget des ménages les plus modestes. Selon une étude réalisée par l'ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie), les 20% de ménages les plus pauvres consacrent un budget à l'énergie 2,5 fois plus élevé que les 20 % les plus riches. C'est pourquoi la loi de transition énergétique pour la croissance verte, adoptée en août 2015, instaure la création d'un chèque énergie "pour aider les ménages disposant de revenus modestes à payer leur facture". Ce dispositif sera mis en place en 2016.

 

Revoir ses habitudes pour baisser sa consommation

Un membre du public questionne les intervenants :"La réduction de la consommation énergétique est-elle un problème de riches?". Sans détour, Yeelen Perrier, conseiller énergie pour l'agglomération lyonnaise, concède :"oui, c'est un problème de riches. Car ce sont les plus gros consommateurs, et donc, ce sont les plus à même à réaliser des économies".

Pour baisser sa consommation d'énergie sans dépenser un centime, Yeelen Perrier propose de s'essayer à la "sobriété énergétique". Le concept ? Changer son comportement au quotidien pour limiter sa consommation d'énergie. Par exemple, "dégeler les aliments au frigo et pas au micro-ondes, mettre un pull et baisser le chauffage..." 

Dans le cadre du défi énergétique organisé par l'Agence locale de l'énergie de l'agglomération de Lyon depuis 2008, 70 000 participants ont suivi un accompagnement pour maîtriser leur consommation énergétique. Selon Yeelen Perrier, ses gestes quotidiens ont permis aux foyers accompagnés de réaliser "en moyenne 12% d'économie d'énergie". 

 

Anaïs Cherif (@Anais_Cherif)