Cloud_1.png


C’est l’un des chiffres marquants du traditionnel sondage Banque de France-TNS Sofres sur les Français et l’économie. 77% disent être favorables à l’allégement des règles encadrant l’activité économique, un résultat qui devrait conforter le ministre de l’Economie. Emmanuel Macron a en effet fait de la simplification de la réglementation structurant certains secteurs économiques son cheval de bataille. Autre fait à remarquer, 60% sont en faveur d’une libéralisation accrue de l’économie française

Un intérêt pour l’économie en légère baisse

L’intérêt des Français pour l’économie connait une légère baisse. 58% se disent intéressés contre 61% en 2014. 53% estiment avoir une connaissance moyenne de l’économie, tandis que 33% considèrent que leur niveau de connaissance en la matière est faible. D’ailleurs, 90% souhaitent que l’on rende obligatoire l’enseignement de l’économie au lycée. Ce manque de culture économique peut expliquer leur difficulté à percevoir certains phénomènes. Ainsi, 36% estiment que le niveau des prix a augmenté de 1% à 3% depuis un an alors qu’en août 2015, les prix sur un an avaient augmenté de 0,3% selon l’INSEE.

Interrogés sur les sujets sur lesquels ils aimeraient être mieux informés, les Français placent la situation de l’Etat et des finances publiques en premier parmi cinq propositions. Le fonctionnement et le financement de la protection sociale suit en deuxième. Mais alors que les politiques devraient être en première ligne pour faire de la pédagogie, seulement 6% des Français leur font confiance pour les informer sur les sujets économiques. En revanche, 56 % s’en remettent encore à la presse économique et 54% aux économistes.

Des Français plus optimistes

Concernant la conjoncture, les personnes interrogées ont un un regain d’optimisme. 15% estiment que la situation économique du pays va s’améliorer dans les 12 prochains mois, contre 7,6% en 2014. Pour 48%, elle va rester la même. 36% pensent que l’économie va se dégrader. Lorsque l’Europe est évoquée, le pessimisme reprend du terrain. 45% des Français considèrent que la situation économique va empirer sur le vieux continent. 40% qu’elle va rester identique et 14% qu’elle s’améliorera. S’ils sont pessimistes, ils restent cependant attachés à l’euro. 61% pensent que la monnaie unique ne peut pas être remise en cause. Mais ils portent moins dans leur coeur la PAC (Politique agricole commune). 75% estiment qu’elle n'est pas coulée dans le marbre. Même chose pour l’élargissement à 28 (67%) et pour le Parlement européen (53%).

Sondage Banque de France-TSN Sofres réalisé les 15 et 16 septembre auprès de 970 personnes âgées de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

Alban de Montigny