Près d'un Français sur deux (45%) a tendance à se désintéresser des questions économiques lorsque leur traitement médiatique est perçu comme « difficile à comprendre ». C'est le principal enseignement de l’étude réalisée par des étudiants de Lyon-II. En cause trois facteurs : le média, le type d’intervenant et les sujets abordés.

Sans surprise, la télévision apparaît comme le mode de diffusion de l’information économique le plus facilement compréhensible (pour 42% des sondés) devant la presse écrite (23%), Internet (20%), la radio (13%) ou encore la documentation et les publications (2%). L’intervenant qui présente et incarne les informations économiques peut également jouer un rôle dans la perception de celles-ci. Les économistes et les journalistes sont jugés comme « les intervenants les plus facilement compréhensibles » loin devant la société civile, le monde de la banque et de la finance et les personnalités politiques.

Parlez-moi de moi...

Autre facteur de (non-)compréhension : le sujet abordé. Quand on leur parle de leur quotidien et de leur environnement proche, les Français comprennent l'économie. C'est d'ailleurs ce qu'ils attendent à 62%. Les sondés se disent sensibles aux sujets sur l'emploi, le pouvoir d'achat, la vie des entreprises et la situation économique régionale. L'économie globale, en revanche, les intéresse moins.

Pour les auteurs de l’étude, il existe une « demande réelle pour plus de vulgarisation économique dans les médias » et les personnes interrogées souhaitent plus de « pédagogie et moins d’experts, (plus) d’informations détaillées plutôt que des flashes brefs et des explications plutôt que des débats d’opinion ».

Déficit de confiance et pessimisme

Quand la vulgarisation et la pédagogie ne sont pas au rendez-vous, cela crée de la méfiance. Plus de la moitié des personnes interrogées (58%) déclarent remettre en question l’honnêteté de l’intervenant lorsqu’elles sont confrontées à des informations économiques qu’elles ne comprennent pas.

L’étude montre enfin un profond pessimisme des Français quant à l’évolution de la situation économique du pays. Un pessimisme lié à la défiance vis-à-vis des informations délivrées : 70% des personnes interrogées qui se disent méfiantes à l’égard du traitement économique s’estiment aussi pessimistes.

Les médias ont parfois un rôle qu'ils ne soupçonnent pas dans l'éventuel retour de l'optimisme économique...

Kozi Pastakia - Etudiant IPJ - Paris Dauphine @Kozi_P #JECO2014

  • L’enquête a été réalisée auprès d'un échantillon de 1.000 personnes, entre le 12 mars et le 17 avril 2014