cafe_cloche_131114.jpg

L’œil des Jéco s’est glissé dans un café économique pour se mettre à l’abri du froid lyonnais. Au programme : la présentation de Moovjee au Café de la Cloche. Cette initiative, lancée par deux entrepreneurs, consiste à proposer aux jeunes créateurs d’entreprise un mentor pour les accompagner dans toutes leurs démarches. Mais cette année, peu de jeunes étaient au rendez-vous pour parler entreprise autour d’un expresso. Assis sur les banquettes en cuir du café aux allures rétro, des retraités, des profs d’économie, des chefs d’entreprises.

Un jean sinon rien

L’œil des Jéco s’est amusé à compter : dans le bar, il y avait 7 vestes de costume. Mais seulement 3 cravates. La cravate ne ferait-elle plus l’entrepreneur ? Des considérations vestimentaires pas si futiles selon Bénédicte Sanson, déléguée générale du Moovjee. Elle citait une question récurrente chez les jeunes créateurs d’entreprise sous la tutelle d’un senior : « Est-ce que je vais avoir le droit de mettre un jean ? »

Du vin, des frites et de l’économie

Et pendant les prises de parole, l’assemblée, toute acquise à la cause des jeunes entrepreneurs, écoutait religieusement les intervenants. Mais l’œil des Jéco n’a pas pu s’empêcher de remarquer ces deux habitués dans un coin de la salle. Venus boire un verre de rouge et manger une assiette de frites (comme François Hollande…), ces deux quinquas ne s’attendaient sans doute pas à entendre parler « BtoB », « SS2I », « mentoring » et « compte de résultat ». Mais ils sont restés sages comme des images. L’œil des Jéco les a même vus hocher la tête. 11h50, l’heure pour les deux compères de payer l’addition, laissant là costumes, cravates, et leur début de passion pour l’économie.

Lucie Bras - Etudiante IPJ - Paris Dauphine @lwonderbras #JECO2014