« L’Afrique est au centre du monde ». D’une phrase, le chercheur au CNRS Joël Ruet donne le ton : le continent devient incontournable au niveau mondial. « L’Afrique émerge peu à peu. Une émergence tardive, certes, mais elle permet de nouer des partenariats importants et de s’émanciper peu à peu. »

Principale raison de ce boom africain : sa démographie grimpante. L’un des points que Pierre-Noël Giraud, professeur d’économie à Mines ParisTech et Dauphine, a souhaité développer. « L’Afrique va devenir le géant démographique de demain. Elle sera autant peuplée que l’Asie du Sud-Est », lance-t-il, « On peut donc s’attendre à une urbanisation immense, d’une proportion jusqu’alors inconnue, il va falloir gérer les bidonvilles, les connecter au reste des villes… » Un enjeu majeur pour un continent où tout est encore à faire en termes d’industrialisation et d’infrastructures.

L'atelier du monde en 2050

Hausse des gains de productivité, montée des classes moyennes, pour Mamadou Diallo, député sénégalais, son continent peut aider la France à retrouver cette fameuse confiance perdue. « L’Afrique devrait devenir l’atelier du monde en 2050, grâce à une démographie élevée, malgré le VIH et les pandémies. Tout ce qu’il nous manque, ce sont des institutions stables et légitimes et une véritable intégration des états. »


Un avis partagé par Pascal Lamy, ancien directeur général de l’OMC, également présent lors de la conférence :



Vidéo réalisée par Ulysse Thevenon et Laura Makary