Quel est le risque encouru si on n’enclenche pas la transition énergétique ?

Le risque pour le citoyen c’est d’avoir une énergie de plus en plus coûteuse avec des prix qui bougent sans arrêt, alors que l’énergie est censée incarner le confort.

Quelles solutions vous semblent les plus efficaces ?

Ce qui me semble pertinent, c’est tout ce qui concerne la baisse de consommation d’énergie. Aujourd’hui, on sait faire ou rénover des maisons pour qu’elles soient basse consommation ou à énergie positive. Au niveau des voitures, le gouvernement actuel a raison de pousser vers des véhicules à faible consommation de pétrole. Nous ne sommes pas sûr de savoir si c’est l’électrique, l’hybride ou d’autres systèmes qui vont s’imposer. Mais on est certains d’être sur la bonne voie.

Face aux difficultés pour recycler les batteries de voiture, l’écologie peut-elle être durable ?

La transition écologique et énergétique se définit comme la mise en œuvre d’un ensemble de solutions nouvelles pour réduire notre consommation d’énergie avec un niveau de confort égal. C’est aussi la transformation de nos énergies vers celles moins carbonées. Ceci va prendre des dizaines d’années.

Justement, dans quels délais devons-nous changer nos modes de consommation ?

Il n’y a pas de délai, on est déjà en retard. Au niveau mondial, nous ne pourrons pas tenir les objectifs, fixés à Copenhague en 2009, de réduction des émissions de gaz à effets de serre pour que l’augmentation de la température ne dépasse pas 2°C, un seuil critique selon les climatologues. Le plus vite sera le mieux.

Propos recueillis par Anne-Sophie Warmont