Les transports : premiers responsables de l'émission de CO2

Depuis déjà plusieurs années, le problème de l’émission de gaz à effet de serre est sur le devant de la scène médiatique. L’augmentation de la population, donc de la consommation d’énergie, entraîne mécaniquement une augmentation d’émission de CO2. Et les transports sont aussitôt pointés du doigt : ils sont les premières sources d’émission de CO2 en France. C'est assez pour tenter de trouver des solutions pertinentes.

Un objectif, des solutions

L’objectif est ambitieux : diminuer par quatre la consommation de CO2 à l’horizon 2050. Pour se faire "il faut progresser d’un point de vue technologique, mais surtout changer nos comportements" assure Yves Crozet. Pour Charles Raux, les solutions sont peut être à trouver du côté d’un éventuel quota de carburant. Jusqu’à aujourd’hui, ces questions sont dans l’impasse européenne : unanimité requise pour harmoniser les décisions, absence de sanction contre un Etat membre... les négociations sont au point mort. Pourtant, "les marchés des droits sont plus faciles à mettre en œuvre au niveau européen que la taxation", affirme Charles Raux en affichant des propositions concrètes. "On pourrait imaginer une allocation de 500 litres par automobiliste par an et la revente des droits inutilisés. Cela a été testéen Grande-Bretagne et ça marche très bien." Quant à Carl Gaigné, il se focalise sur l’aménagement du territoire. Face à l'allongement des trajets des marchandises et des ménages, "il s’agit d’aménager le territoire pour diminuer les distances moyennes parcourues." Pour répondre à cette attente, il suggère alors une organisation territoriale autour de villes polycentriques afin de favoriser l’émergence ou le développement de pôles d’emploi à la périphérie des grandes villes.

Autant de pistes concrètes de réflexion. Des péages urbains au marché des droits, du développement de villes polycentriques à la nécessité de faire évoluer les mentalités, les solutions d'avenir sont déjà là.
Photo : © crimson - Fotolia.com