Comment définiriez-vous le rôle d’un économiste dans la société ?

Un économiste s’appuie sur des théories et des faits pour éclairer les choix publics. Ce n’est pas son rôle de prendre des décisions. Il travaille en amont et avertit les décideurs politiques des conséquences de leurs décisions. Le travail d’un économiste se doit d’être empirique pour être utile. Oui, il faut de l’économie théorique pour avancer dans la recherche, mais elle n’est pas utile dans un premier temps car elle ne peut s’appliquer concrètement.

Au titre d' « économiste-maison » du gouvernement, comment gérez-vous votre travail d’économiste et la poursuite des choix politiques ?

Mon rôle est, dans un premier temps, d’aider les ministres à préparer leurs décisions en faisant un travail quantitatif (calcul du coût, modèles, activités…). Dans un deuxième temps, je dois faire en sorte que les ministres aient conscience du débat public qui provient du Conseil d’Analyse Economique, des centres de recherche et des médias. Enfin, je dois expliquer la pédagogie de la politique économique du gouvernement aux économistes et à l’opinion publique.

Après cette conférence, quel message voulez-vous faire passer ?

Je voudrais dire que l’économie est de plus en plus utile. La crise, bien loin de déconsidérer ce domaine, l’a renforcée. Elle doit s’ouvrir à d’autres disciplines et s’aider des leçons de l’histoire. Il ne faut pas oublier, cependant, que l’économie procure des modèles qui ne sont pas une fin en soi mais simplement des instruments de gouvernance.